CLIMAT / METEO
Sécheresse Inondations
Les thèmes abordés ici sont l'environnement, l'écologie et le développement durable. Les articles sont classés chronologiquement.

 Janvier 2020
Mardi 28/01/20 - Puissant séisme de 7,7 entre Cuba et la Jamaïque, pas de dégâts rapportés

L'épicentre du tremblement de terre a été localisé en mer, au sud de Cuba et au nord-ouest de la Jamaïque, à une profondeur estimée à 10 kilomètres. Le séisme, ressenti dans la majeure partie de la Jamaïque, a déclenché une alerte tsunami, qui a été levée un quart d'heure plus tard.

Un séisme de magnitude 7,7 a ébranlé mardi les Caraïbes entre Cuba et la Jamaïque, mais aucun dégât n'a été rapporté dans l'immédiat, malgré des évacuations rapportées de La Havane à Miami.

Le tremblement de terre ressenti dans la majeure partie de la Jamaïque

L'épicentre du tremblement de terre a été localisé en mer, au sud de Cuba et au nord-ouest de la Jamaïque, à une profondeur estimée à 10 kilomètres, selon l'Institut américain de géophysique (USGS), qui a révisé à la hausse une première estimation de magnitude 7,3. Le tremblement de terre a été ressenti dans la majeure partie de la Jamaïque.

"C'était un petit séisme, j'ai été surpris par la magnitude"

"J'étais au deuxième étage d'un immeuble, il a tremblé pendant un moment", a dit à l'AFP par SMS le docteur Machel Emanuel, depuis Kingston. "J'ai eu le vertige. La porte n'arrêtait pas de claquer". Selon Jawara Rawjers, un autre habitant de Kingston interrogé par l'AFP, la terre a tremblé une vingtaine de secondes. "Je n'ai pas eu peur car c'était un petit séisme, j'ai été surpris par la magnitude", a-t-il dit. A La Havane, à Cuba, des centaines de gens se sont retrouvés dans la rue après des évacuations d'immeubles, mais aucun dégât ni blessé n'était rapporté par les médias officiels.

"Le séisme a été perceptible dans de nombreuses provinces, comme Guantanamo, Santiago de Cuba, Holguin, Las Tunas (est, ndlr), Cienfuegos (centre), La Havane, Pinar del Rio et la municipalité Isla de la Juventud (ouest), selon de nombreux témoins via les réseaux sociaux", a indiqué le portail officiel d'informations Cubadebate. Il s'agit du deuxième séisme ressenti à Cuba depuis le début de l'année : le 24 janvier, le réseau du Service de sismologie avait enregistré une secousse de magnitude 4,2, dans la province de Guantamano (est).

Une alerte au tsunami déclenchée, puis levée

Le Centre d'alerte des tsunamis dans le Pacifique du gouvernement américain avait émis dans la foulée une alerte au tsunami pour plusieurs régions côtières de la mer des Caraibes, mais l'a levée un quart d'heure plus tard. L'épicentre du séisme était à 140 km au sud-ouest de la ville cubaine de Niquero. A Miami, en Floride dans le sud-est des Etats-Unis, la police a évacué plusieurs bâtiments par précaution, mais aucun dégât n'était rapporté dans l'immédiat. "Aucun blessé rapporté", a tweeté la police de la ville. La municipalité a toutefois annoncé avoir activé des centres de commandement dans le quartier de Brickell et dans le centre, où des vibrations ont été rapportées.

Source: www.europe1.fr


Lundi 27/01/20 - Un séisme de magnitude 3,7 au large de la Côte d'Azur

Un séisme de magnitude 3,7 sur l'échelle de Richter s'est produit dans la nuit de dimanche à lundi au large de la Côte d'Azur.

La secousse s'est produite au cœur de la nuit, peu après 4h29, en pleine mer, à 129 kilomètres des côtes azuréennes. Le séisme n'a pas été ressenti précisent ce lundi matin les services de France Séisme, car l'épicentre était trop éloigné de la côte.

Source: www.francebleu.fr


25/01/20 - Séisme en Turquie : Au moins 22 morts dans l'est du pays

Au moins 22 personnes ont été tuées et plus d’un millier blessées par un puissant séisme qui a frappé l’est de la Turquie, où les secours ont extrait ce samedi de premiers survivants de bâtiments effondrés.

L’AFAD a précisé qu’au moins 30 répliques du séisme avaient été enregistrées par la suite et que plus de 400 équipes de secouristes avaient été envoyées sur place. Au moins 22 personnes ont trouvé la mort et 1.200 ont été blessées, selon le dernier bilan de l’AFAD.

La population sous le choc

Au moins trente personnes étaient signalées bloquées dans les décombres depuis la violente secousse de magnitude 6,8 survenue vendredi dans le district de Sivrice, dans la province d’Elazig.

Sur Twitter, l’AFAD, l’agence gouvernementale des situations de catastrophe, a indiqué tôt samedi que cinq survivants avaient pour l’instant été extraits de bâtiments en ruines. Parmi ces survivants figure une femme enceinte qui a passé une douzaine d’heures sous les décombres, selon l’agence étatique Anadolu. Un correspondant de l’Agence France-Presse (AFP) sur place a vu une équipe de secouristes évacuer un blessé des débris d’un immeuble de cinq étages qui s’est effondré à Elazig.

Dans le froid glacial de la rue, certains habitants ont allumé des feux pour se chauffer pendant la nuit. « C’était effrayant, les meubles nous sont tombés dessus. Nous nous sommes précipités dehors », a déclaré à l’AFP Melahat Can, 47 ans, habitant d’Elazig. « Nous allons passer les prochains jours dans une ferme à l’extérieur de la ville ».

Les secouristes à l’œuvre

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé que « toutes les mesures nécessaires » seraient prises pour venir en aide aux zones frappées par la secousse et qu’il avait dépêché plusieurs ministres sur place. « Avec toutes nos institutions, notamment l’AFAD et le Croissant-Rouge, nous nous tenons aux côtés de notre peuple », a-t-il tweeté. En signe de solidarité avec les sinistrés, le président Recep Tayyip Erdogan a assisté aux funérailles, à Elazig, d'une mère et de son fils tués dans le séisme. Il s'est ensuite rendu dans le quartier de Mustafa Pasa, où deux immeubles résidentiels se sont effondrés, affirmant que l'Etat ferait "tout ce qui est en son pouvoir" pour aider les habitants.

Des salles de sport, des écoles et des bibliothèques ont ouvert leurs portes pour accueillir les personnes ayant fui leurs maisons après le séisme, selon les autorités. La télévision turque a diffusé des images d’habitants paniqués se ruant à l’extérieur des bâtiments, et d’au moins un immeuble dont le toit était en feu. Elle a aussi montré des images de secouristes à la recherche d’éventuels survivants dans les décombres d’un bâtiment.

La Turquie, une zone privilégiée des séismes

La Turquie, située dans une des zones sismiques les plus actives du monde, est fréquemment touchée par des tremblements de terre.

En 1999, un séisme de magnitude 7,4 avait frappé le nord-ouest du pays, faisant plus de 17.000 morts, dont un millier à Istanbul. Le dernier puissant séisme à frapper la Turquie (7,1 sur l’échelle de Richter) s’est produit en 2011 dans la province de Van (est), faisant plus de 600 morts.

En septembre, un séisme de magnitude 5,7 a touché Istanbul, la capitale économique du pays. Les experts estiment qu’un tremblement de terre majeur peut à tout moment toucher cette ville de plus de 15 millions d’habitants, où l’habitat, souvent anarchique, n’est que rarement aux normes antisismiques.

Source: www.20minutes.fr


21/01/20 - Après l’éruption du volcan Taal, une île désertée et ensevelie sous les cendres

Jusqu’à l’entrée en activité du volcan le 12 janvier, les habitants de cette île des Philippines vivaient principalement du tourisme. Le gouvernement réfléchit à les relocaliser sur une base permanente.

Des dunes de cendres et des arbres aux branches nues : c’est le paysage de désolation laissé par le Taal, entré en activité dans une région des Philippines où ne subsistaient, mardi 21 janvier, que de rares signes de vie. L’île a été ensevelie sous des amas de cendres projetées au moment de l’éruption le 12 janvier de ce volcan, un des plus actifs de l’archipel philippin. La région située autour du Taal a été évacuée, les autorités redoutant une éruption de grande ampleur.

Mardi, une dizaine de vaches erraient près des maisons recouvertes de poussière et plusieurs bateaux aux couleurs vives étaient amarrés, a constaté un journaliste de l’AFP qui a survolé la zone à bord d’un appareil militaire. Les autorités ont affirmé qu’au cours des derniers jours les signes d’une d’éruption imminente étaient faibles. Les scientifiques ont cependant mis en garde contre un risque d’éruption majeure et plus de 110 000 personnes ont été évacuées et ont trouvé refuge dans des abris d’urgence.

Au moins 3 000 habitants de l’île avaient reçu l’ordre de partir, mais un grand nombre d’entre eux sont retournés sur place pour tenter de sauver leur bétail ou leurs biens. Les familles habitant autour du volcan vivaient du tourisme. En dépit des risques d’éruption, cette région était très prisée des visiteurs en raison de la beauté de ses paysages. Le gouvernement philippin a dit travailler à un plan pour relocaliser la population sur une base permanente et à transformer l’île en « un no man’s land ».

Source + photos: www.lemonde.fr/planète


11/01/20 - Porto Rico à nouveau secoué par un puissant séisme

Porto Rico a de nouveau été frappé par un tremblement de terre ce samedi 11 janvier. Une secousse évaluée à 5,9 sur l’échelle de Richter. Cette île des Caraïbes, qui est un État associé des États-Unis, vit au rythme des secousses sismiques depuis le 28 décembre dernier. En début de semaine, un tremblement de terre de 6,4 sur l’échelle de Richter avait occasionné de gros dégâts matériels dans le sud de l’île et fait une victime.

Il était 8h54 précisément ce samedi matin lorsque la terre s’est à nouveau mise à trembler dans le sud de Porto Rico. La même zone qui avait été touchée par une secousse en début de semaine et qui ne cesse d’être frappée par des séismes depuis la fin de l’année 2019.

Cette fois-ci les autorités n’ont pas déclenché d’alerte au tsunami, mais la partie de l’île concernée a subi encore une fois de gros dégâts matériels. Plusieurs bâtiments se sont effondrés, parmi lesquels des écoles.

Dans certaines petites localités, les habitants ont dû être évacués à cause des risques d’électrocution consécutifs à la chute de câbles. Des milliers de foyers se sont également retrouvés sans électricité.

Malgré l’état d’urgence déclenché mardi dernier par le président américain Donald Trump, les habitants de l’île se disent désemparés, notamment ceux qui dorment dans des refuges depuis quatre jours suite à une secousse de 6,4 sur l’échelle de Richter.

La gouverneure de Porto Rico, Wanda Vasquez, assure sur les réseaux sociaux que les autorités font leur maximum pour venir en aide aux personnes affectées dans le sud de l'île. Des Portoricains qui se disent exténués psychologiquement après des dizaines de secousses enregistrées depuis le 28 décembre dernier.

Source: http://www.rfi.fr/fr/ameriques/20200111-porto-rico-nouveau-secoue-puissant-seisme


12/01/20 - Éruption du Taal aux Philippines

L’éruption du Taal en janvier 2020 se déroule dans la région du Calarbazon, aux Philippines, depuis ce 12 janvier 2020, avec le niveau d'alerte de l'Institut philippin de volcanologie et de sismologie (PHIVOLCS) qui est passé du niveau d'alerte 2 au niveau d'alerte 41,2. Cette éruption volcanique se situe au niveau du cratère principal. Celle-ci a craché des cendres vers le Calabarzon, le Grand Manille et certaines parties du Centre de Luzon, entraînant la suspension des cours, des horaires de travail et des vols.

Source: article issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « 2020 Taal Volcano eruption »


08/01/20 - Iran : séisme de magnitude 4,5 près d’une centrale nucléaire

Selon l’agence Irna, aucune victime et aucun dégât n’ont été rapportés dans l’immédiat.

Deux séismes de magnitude 4,5 et 4,9 ont frappé mercredi la région du sud-ouest de l'Iran où se trouve la centrale nucléaire de Bouchehr.

Selon l'institut géologique américain (USGS), un premier séisme d'une profondeur de 10 kilomètres a secoué une zone située à 17 kilomètres au sud-est de la ville de Borazjan à 6h49 (4 heures du matin en France). L'autre s'est produit aussi au sud-est de Borazjan mais à 10 kilomètres de la ville.

La secousse a été ressentie à Bouchehr où se trouve la centrale nucléaire iranienne éponyme, selon l'agence officielle iranienne Irna.

Aucune victime et aucun dégât n'ont été rapportés dans l'immédiat, selon l'agence Irna, qui cite un responsable de la centrale.

Le 27 décembre dernier, un séisme de magnitude 5,1 s'était déjà produit près de cette même centrale nucléaire de Bouchehr. Lle site, qui produit 1000 mégawatts, a été construite par la Russie, après des années de retard, et a officiellement été livrée en septembre 2013.

En 2016, des entreprises russes et iraniennes ont commencé à construire deux réacteurs de 1.000 mégawatts de plus à Bouchehr. Les travaux devraient durer 10 ans.

Source: www.leparisien.fr avec l'AFP


02/01/2020 - Iran: un séisme de magnitude 5,8 a secoué la ville de Sangan

Un séisme de magnitude 5,8 sur l’échelle de Richter a secoué la ville de Sangan, rattachée à la province de Razavi Khorasan, dans l’est de l’Iran

Un séisme de magnitude 5,8 sur l’échelle de Richter a secoué la ville de Sangan, rattachée à la province de Razavi Khorasan, dans l’est de l’Iran.

Selon un communiqué du centre sismologique de l’université de Téhéran, l’épicentre du séisme survenu à 07h59 a été localisé à Sangan, dans le Razavi Khorasan, à une profondeur de 8 km.

Aucune victime ni de dégâts n’ont été signalés pour le moment.

Source: www.trt.net.tr


01/01/2020 - Mayotte : la terre a tremblé en ce premier jour de l'année 2020

Le premier tremblement ressenti de l’année 2020 a été enregistré ce mercredi 1er janvier à 16h18. Une secousse de 4,8 sur l’échelle de Richter . Elle a été bien ressentie , surtout parce que ça fait longtemps que l’on observait une certaine accalmie.

C’est donc le premier tremblement de terre ressentie de l’année. Parce que selon les données du Réseau National de Surveillance Sismique ( RéNass) rien que ce 1er janvier 2020 , pas moins 7 événements ont été enregistrés.L’activité sismo -volcanique est donc toujours en cours même si nous ne ressentons pas certains séismes.

Le dernier séisme en date ressenti était d’une magnitude voisine de 3,67 le 15 décembre 2019 à 32 km de profondeur situé à 15 km à l’est de Dzaoudzi.

Depuis mai 2018, des centaines séismes ont été recensés à Mayotte, dont la plus forte secousse jamais enregistrée dans la zone des Comores. Une magnitude maximale 5,8 a été atteinte le 15 mai 2018, ce qui constitue un maximum dans la région, selon les données historiques disponibles. En mai 2019, un nouveau volcan sous-marin a été découvert au large de l’île.

Le réseau REVOSIMA assure depuis août 2019 la surveillance de cette activité sismique et volcanique. Le Réseau de surveillance Volcanologique et Sismologique de Mayotte (REVOSIMA) a été mis en place afin de suivre l’activité sismo-volcanique de l’île de Mayotte. Opéré par l’IPGP en co-responsabilité avec le BRGM et sa direction régionale à Mayotte, le REVOSIMA s’appuie sur un étroit partenariat scientifique et technique avec l’Ifremer, le CNRS, le BRGM, l’IPGS et le RENASS, l’IRD, l’IGN, l’ENS, l’Université de la Réunion, l’Université Clermont Auvergne, le CNES, Météo France, et le SHOM.

Source: https: la1ere.francetvinfo.fr/mayotte

 Tiré à part 

Le "Journal Communautaire Interactif ©" est une création @picom  - e-mail : journal@j-c-i.com
Informations légales