Nombre de Terriens le 01//10/19 : 7 734 100 000 Lecteurs & acteurs
COLLAPSOLOGIE
Fin du monde
Vous avez envie de nous faire part d'une expérience personnelle (mission ou vacances géologiques à l'étranger, point de vue sur l'environnement, etc.). Cette rubrique vous attend !

  • Phénomènes terrestres (3 articles)
  • Les ressources naturelles (2 articles)
  • L'amiante
  • Le radon
  • Les déchets radioactifs et leur gestion
  • Nettoyants écolos "maison"
  • Videos et Portails
  • Pour ou contre les éoliennes ?
  • OneGeology-Europe: La première carte géologique européenne en ligneg|
  • Capture et stockage CO2
  • Les Moteurs à Combustion interne à l?Hydrogène
  • Le pétrole en France
  • Sauver la planète et protéger les espèces menacées : une belle hypocrisie
  • Le corium de Fukushima
  • OBJETS ET HISTOIRE
  • Les climatoseptiques contre-attaquent
  • Dix lieux spectaculaires en Amérique du Sud
  • Les cinq trous les plus fascinants du monde
  • Les pires inondations de l’histoire du monde
  •  Les Moteurs à Combustion interne à l?Hydrogène
    Les Moteurs à Combustion Interne (MCI) forment aujourd?hui l?épine dorsale du secteur des transports. Cependant, ces derniers sont alimentés avec des combustibles fossiles, qui s?épuisent à un rythme alarmant. De plus, leur combustion génère un grand nombre de polluants nocifs qui dégradent l?environnement. De ce fait, il est indispensable d?identifier les carburants de substitution.

    L?Hydrogène avec son potentiel de production de source infinie, et ses caractéristiques de « combustion propre » et de haut rendement énergétique, offre une alternative tout à fait prometteuse pour remédier aux problèmes liés aux combustibles fossiles.

    Bien que l?utilisation de l?hydrogène dans les véhicules à pile à combustible (qui permettent une meilleure efficacité de conversion énergétique et zéro émission de gaz polluants) soit l?objectif ultime d?une mobilité durable, une grande attention doit être consacrée à une technologie de transition avec l?utilisation de l?hydrogène comme carburant pour alimenter les moteurs à combustion interne.

    L?hydrogène dans les moteurs à combustion interne

    L?utilisation de l?hydrogène comme carburant dans les moteurs à combustion interne offre plusieurs avantages :

    Son utilisation ne connait pas les mêmes problèmes que ceux des carburants liquides, tels que le bouchon de vapeur (vapor lock), la vaporisation insuffisante, le mélange pauvre,...etc.

    Lorsque il est brûlé, son principal produit de combustion est l?eau, de ce fait il ne génère pas de produits toxiques tell que les hydrocarbures, le monoxyde de carbone ou le dioxyde de carbone, l?oxyde de soufre et les acides organiques.

    Il a un très large domaine d?inflammabilité (de 4 à 75% en volume) et peut donc être brûlé avec une large gamme de mélanges air-carburant. De ce fait, le fonctionnement en mélange pauvre est possible, ce qui offre une économie de carburant, une réaction de combustion plus complète ainsi qu?une température de combustion finale plus faible. La quantité de polluants émis dans les gaz d?échappement tels que les oxydes d?azote est ainsi réduite. Il a une énergie d?allumage (énergie minimale d?inflammation) très faible, ce qui permet d?enflammer les mélanges pauvres et assurer un allumage rapide.

    Cependant, l?utilisation de l?hydrogène comme carburant a des inconvénients :

    La faible énergie d?allumage signifie que les gaz chauds et les points chauds dans le cylindre peuvent servir de sources d?allumages prématurés au cours de la course d?admission. Ceci se traduit par les phénomènes de pré-allumage et d?auto-allumage qui conduisent à l?apparition de cliquetis (vibrations des parois de la chambre de combustion) et de retour de flamme (ou back flash)

    De plus l?hydrogène a une courte distance de propagation de la flamme, plus petite que celle de l?essence. Par conséquent, les flammes d?hydrogène se propagent près de la paroi du cylindre et de l?injecteur. La tendance de retour de flamme peut alors augmenter et par conséquent, une flamme du mélange hydrogène-air passe plus facilement à travers une vanne d?admission presque fermée que les flammes des hydrocarbures ? air

    Ces anomalies de combustion, dont le retour de flamme fait partie, ont été l?obstacle le plus important dans le développement des moteurs à hydrogène. De ce fait, la suppression de la combustion anormale dans les moteurs à hydrogène s?est avérée être un défi de taille associé à son exploitation. Les mesures prises pour éviter ce phénomène ont des implications importantes pour la conception des moteurs, la formation du mélange et le contrôle de charge.

    Il est aussi important de noter que l?hydrogène ne peut être utilisé directement dans un moteur à allumage par compression (diesel) du fait que la température d?auto inflammation de l?hydrogène soit trop élevée. Les moteurs diesel doivent être équipés de bougies ou bien on doit utiliser une petite quantité de carburant diesel pour allumer l?hydrogène (allumage pilote).

    Evolution de la technologie des moteurs à combustion interne à Hydrogène

    Dans la première génération de MCI à allumage commandé à hydrogène, un carburateur à gaz du type venturi a été utilisé. Avec ce type de moteur, un grand volume de mélange combustible-air est introduit dans le collecteur d?admission. Pour éviter les retours de flamme, le moteur devait fonctionner en mélange pauvre, ce qui se traduisait par une faible puissance.

    Pour la deuxième génération, les technologies des moteurs à essence à allumage commandé ont été adaptées aux moteurs à hydrogène : port d?injection séquentielle multipoint et contrôle électronique du moteur. Une stratégie d?injection tardive d?hydrogène est utilisée, de sorte que l?air admis refroidit le collecteur d?admission ainsi que la chambre de combustion avant l?injection d?hydrogène. Cependant même avec une injection tardive le mélange st?chiométrique n?est pas toujours possible et la puissance est inférieure à celle d?un moteur à essence correspondant.

    Pour la troisième génération, à des charges élevées, le mélange est maintenu stoechiométrique. Une recirculation des gaz d?échappement est utilisée pour éviter les retours de flamme. A ce mélange st?chiométrique un catalyseur peut être employé pour diminuer les émissions de NOx. Avec un turbo ou un compresseur et échangeur air/air (intercooler) une puissance similaire ou supérieure à celle d?un moteur à essence est obtenue.

    Enfin, pour la quatrième génération, la recherche se focalise sur l?injection directe de l?hydrogène dans les moteurs à allumage commandé. La puissance d?un véhicule alimenté en hydrogène par injection directe est supérieure de :

    20% par rapport à celui alimenté par de l?essence utilisant la même technologie ;

    D?autres adaptations doivent être effectuées sur le MCI à allumage commandé traditionnel pour améliorer la conception telles que :

    L?utilisation d?un turbocompresseur pour augmenter l?apport d?air

    L?intégration d?appareils de contrôles moteurs plus sophistiqués

    L?application d?un revêtement spécial du tube d?échappement résistant à l?eau,

    L?utilisation de matériaux spécifiques pour quelques éléments du moteur qui ont un contact direct avec l?hydrogène.

    Ceci fait que le coût d?un MCI à Hydrogène est 1,5 fois supérieur à celui d?un MCI à essence.

    Toutefois, la tendance actuelle en matière de conception du moteur sur les principales adaptations recommandées pour l?utilisation de l?hydrogène comme carburant, se focalisent sur les trois points suivants :

    Changement d?injecteurs : La faible densité de l?hydrogène nécessite de plus grands volumes de carburants qui sont injectés dans un court laps de temps. Les travaux de recherches sur cette question ont montré que les injecteurs de gaz naturel peuvent être modifiés pour fonctionner à l?hydrogène comme combustible.

    Un meilleur contrôle de la température : En raison de la vitesse de combustion élevée de l?hydrogène, comparée à celle de l?essence et du diesel.

    Mélanges : Il est recommandé d?utiliser la combustion de l?hydrogène en présence d?hydrocarbures, dans une première étape d?introduction de l?hydrogène comme combustible. Le mélange léger (environ 5 - 10% du volume du mélange) d?hydrogène peut être le point initial pour un remplacement progressif des combustibles classiques.

    42% par rapport à un moteur à hydrogène utilisant un carburateur.

    Il est à noter qu?en laboratoire, la puissance d?un MCI fonctionnant à l?hydrogène et utilisant une combinaison de plusieurs technologies a atteint 80% de plus que celle d?un moteur à essence. Le redimensionnement de la chambre de combustion et l?utilisation d?injection à haute pression peuvent mener à une augmentation de l?efficacité de plus de 120%.

    Il est aussi important de signaler que la combustion de l?hydrogène en mélange pauvre, la réduction des temps d?injection, le retard à l?allumage, l?utilisation de taux de compression supérieur à 12:1 (plus élevé que celui de l?essence) et l?utilisation des techniques de recirculation des gaz échappement peuvent réduire les émissions de NOx et éviter le phénomène d?anomalie de combustion.

    Les mélanges Hydrogène/ Hydrocarbures sont-t-ils une solution viable pour les MCI ?

    L?hydrogène peut être utilisé avantageusement dans les moteurs à combustion interne comme additif à un carburant hydrocarboné. En effet, la faible limite d?énergie d?allumage et la grande vitesse de combustion de l?Hydrogène contribuent à améliorer la combustion du mélange hydrogène/hydrocarbures, réduisent l?effet de l?anomalie de combustion tout en améliorant les performances et l?économie du carburant et réduisent aussi les émissions polluantes. En ce qui concerne la puissance, l?hydrogène augmente la densité énergétique du mélange aux limites pauvres avec l?augmentation du rapport hydrogène-carbone et améliore ainsi le couple à plein régime.

    Cependant, la faible densité de l?hydrogène gazeux rend le stockage simultané de ce dernier avec un combustible liquide dans un même réservoir impossible. En effet l?hydrogène se concentre au dessus du carburant liquide ce qui écarte toute possibilité de formation du mélange. En outre, les combustibles liquides sont stockés à des pressions relativement faibles laissant peu de place à l?ajout d?hydrogène. D?autre part, le point d?ébullition de l?hydrogène liquide provoquerait le gel des autres carburants, ce qui exclu toute possibilité de stockage dans un même réservoir.

    Néanmoins, l?hydrogène peut être utilisé en conjonction avec les combustibles liquides denses comme l?essence, l?alcool ou le diesel à condition que chacun soit stocké séparément et mélangé à l?état gazeux immédiatement avant l?allumage. Dans ces cas, les réservoirs doivent être dimensionnés pour s?insérer dans les espaces non utilisés sur le véhicule.

    Toutefois, il est aussi difficile d?utiliser l?hydrogène en conjonction avec d?autres combustibles qui ont également besoin de systèmes de stockage volumineux, tels que le propane.

    L?hydrogène est le plus souvent mélangé au gaz naturel carburant (GNC) à haute pression parce que les deux gaz peuvent être stockés dans le même réservoir ; le gaz formé à partir du mélange est appelé HCNG ou Hythane. En général, ce type de véhicules fonctionnent en bicarburation (essence/HCNG) et ont tendance à utiliser un seul combustible.

    Un mélange H2/GNC à 8% de volume d?hydrogène peut être utilisé directement dans les véhicules GNC actuels sans aucune modification du système d?injection de carburant ou des points de réglage du moteur.

    Un mélange de H2/GNC à 20% de volume d?hydrogène présente plus d?avantages environnementaux. Des études ont montré que les émissions sont réduites de plus de 20% par rapport au GNC pur pour ce type de fonctionnement. Cependant, ce mélange plus lourd en hydrogène dans le gaz naturel comprimé ne peut être utilisé directement dans un MCI. Une modification du moteur, de l?allumage et de l?injection de carburant sont nécessaires pour un fonctionnement optimal. Une vérification de la sécurité globale du système de carburant doit être effectuée.

    Des mélanges de plus de 20% de volume d?hydrogène dans le gaz naturel peuvent réduire d?avantage les émissions mais plus de modifications dans le moteur sont nécessaires. En effet, pour des pourcentages d?hydrogène supérieur à 30-40% du volume, d?importants phénomènes de corrosion peuvent se produire. En conséquence, les modifications requises pour les véhicules sont essentiellement relatives à la configuration du système de contrôle qui doit être différente et à certains matériaux en contact direct avec l?hydrogène. Des études récentes ont montré que les coûts des carburants H2/GNC à 10% et 20% de volume d?hydrogène sont plus élevés que ceux du gaz naturel carburant pur. Cette augmentation, qui est environ de 8% et 15% respectivement, est accompagnée d?une importante réduction de polluants. Une contribution rapide au développement de cette filière peut être réalisée. Ceci peut se faire en adaptant les stations existantes d?approvisionnement de GNC pour fournir le HCNG avec une ligne locale de production d?hydrogène de capacité limitée.

    Source: cder.dz (Portail algérien des énergies renouvelables) - Auteur: Fethia Amrouche - 06/05/11

     Tiré à part 

    Le "Journal Communautaire Interactif ©" est une création @picom  - e-mail : journal@j-c-i.com
    Informations légales
    Propositions
    d'articles ou d'anecdotes
       Géosciences
       Environnement
     
    Propositions de photos,
    schémas ou dessins
       Réception iconogaphie
     
    Boîte à lettres
    vos questions & nos réponses
       Courrier des lecteurs
     
    Nos coordonnées