Nombre de Terriens le 01//10/19 : 7 734 100 000 Lecteurs & acteurs
GEOACTUALITES
La Terre au jour le jour
Les échos de la planète. Les articles sont classés chronologiquement. Si vous avez des informations à nous suggérer, n'hésitez pas à nous les envoyer.

  • Novembre 2018
  • Décembre 2018
  • Janvier 2019
  • Février 2019
  • Mars 2019
  • Avril 2019
  • Mai 2019
  • Juin 2019
  • Juillet 2019
  • Août 2019
  • Septembre 2019
  •  Janvier 2019
    Jeudi 31/01/19 - Chine: séisme de magnitude 5,2 à Taiwan

    Un tremblement de terre de magnitude 5,2 a secoué mercredi à 13h21 (heure de Beijing) une zone maritime à proximité du district de Hualien, à Taiwan, selon le Centre du réseau sismique de Chine (CRSC).

    L'épicentre, situé à une profondeur de 20 km, a été localisé à 23,77 degrés de latitude nord et 122,43 degrés de longitude est, a précisé le centre.

    Source: Le Quotidien du Peuple


    31/01/18 - Rupture de barrage au Brésil: le bilan s'alourdit à 99 morts

    Vendredi 25 janvier, la rupture d'un barrage minier avait causé un tsunami de boue au sud-est du Brésil. Le bilan de la catastrophe est passé à 99 morts et 259 disparus.

    Les pompiers brésiliens ont annoncé mercredi que le bilan de la catastrophe minière de Brumadinho est passé à 99 morts et 259 disparus, de nouveaux corps ayant été retrouvés dans la marée de boue écoulée après la rupture du barrage. Le dernier bilan, datant de mardi, faisait état de 84 morts et 276 disparus.

    320 pompiers mobilisés

    Mercredi, lors du sixième journée de recherches, 320 pompiers ont été mobilisés, a indiqué Flavio Godinho, lieutenant-colonel de la Défense civile du Minas Gerais, qui organise et coordonne les secours. Leur travail a été perturbé par la pluie tombée dans l'après-midi.

    Un porte-parole de la police a indiqué par ailleurs que 400 agents avaient été mobilisés dans la zone de Brumadinho "pour éviter les pillages".

    Vendredi 25 janvier, la rupture du barrage de la mine Corrego do Feijao de Brumadinho, dans l'Etat de Minas Gerais, au sud-est du Brésil, a causé un tsunami de boue de résidus miniers. Il a notamment dévasté les locaux administratifs du géant minier Vale, où les autorités estiment que se trouvaient la plupart des victimes.

    Source: www.bfmtv.com


    31/01/19 - De la Lune, les astronautes d'Apollo 14 ont ramené un morceau de Terre

    Dans les échantillons ramenés par les astronautes de la huitième mission Apollo se cachait un petit reliquat terrestre, vieux de quatre milliards d'années.

    La mission Apollo 14 a atterri sur la Lune le 5 février 1971 pour trois jours. Les astronautes de la Nasa, le capitaine Alan Bartlett Shepard Jr et le commandant Edgard Dean Mitchell, y ont effectué deux sorties extravéhiculaires et prélevé quelques kilogrammes d'échantillons. Parmi eux, une roche contenant un fragment qui pourrait bien être d'origine terrestre comme l'a révélée sa composition. Il a pu être formé sur la Lune, dans des conditions encore jamais observées, mais l'origine terrestre reste la plus plausible. Ce serait donc la première météorite terrienne retrouvé sur notre satellite. Et son étude pourrait révéler de nombreuses informations sur les conditions qui régnaient sur la Terre, il y a quatre milliards d'années.

    Une composition compatible avec une cristallisation sur Terre

    C'est une équipe internationale associé au Centre pour la science lunaire et l'exploration de la Nasa qui a déniché cet intriguant fragment d'aspect clair et pesant environ 2 grammes dans un agrégat rocheux ramené de la Lune et découpé en lamelles pour analyse. Son étude a révélé qu'il était composé de quartz, de feldspath et de zircon, des minéraux trouvés couramment sur Terre et très inhabituels sur la Lune. De plus, leur analyse chimique révèle qu'ils se sont cristallisés dans des conditions typiques du milieu terrestre et non lunaire.

    Grâce à une analyse poussé du zircon présent dans le fragment, les chercheurs ont même pu décrypter une bonne partie de l'histoire physique de cette roche : elle s'est cristallisée à 20 kilomètres sous la surface terrestre, il y a 4 ou 4,1 milliards d'années. Sur Terre, Les zircons sont les plus anciens minéraux connus (on en trouve daté de 4,4 milliards d'années) et ils contiennent souvent des inclusions qui peuvent révéler la nature de l'environnement dans lequel ils ont été formés.

    Source illustrée: www.sciencesetavenir.fr - Rédaction: Joël Ignasse


    30/01/19 - Pologne: neuf disparus dans une mine de cuivre après un séisme dans l'ouest du pays

    Neuf mineurs ont été portés disparus après un séisme qui a frappé la mine de cuivre de Rudna, dans l'ouest de la Pologne, a annoncé mardi la société exploitante KGHM.

    La société a précisé sur son compte Twitter qu'il y avait 32 mineurs dans la zone lorsque le séisme s'est produit vers 14 heures et que neuf mineurs sont toujours portés disparus. Sept personnes légèrement blessées ont été transportées à l'hôpital.

    Les équipes de secours sont toujours sur place à la recherche des mineurs disparus.

    Auparavant, l'entreprise avait dit que 14 mineurs avaient disparu.

    Source: Agence de presse Xinhua


    Mardi 29/01/19 - Maroc: un séisme de magnitude 4,1 degrés au large d'Al Hoceima

    Un séisme de magnitude de 4,1 degrés sur l'échelle de Richter a été enregistrée, mardi, au large d'Al Hoceima, indique l'Institut national de géophysique (ING) dans un communiqué.

    Un séisme de magnitude de 4,1 degrés sur l'échelle de Richter a été enregistrée, mardi, au large d'Al Hoceima, indique l'Institut national de géophysique (ING) dans un communiqué.

    La secousse, dont l'épicentre est situé au large d'Al Hoceima, s'est produite à 16H 46min 30sec, selon le Réseau national de surveillance et d'alerte sismique relevant de l'ING.

    La secousse, d'une profondeur de 16km, a été localisée à une latitude de 35.324°N et à une longitude de 4.025°W, souligne le communiqué.

    Source: www.atlasinfo.fr


    29/01/19 - L’UNESCO donne le coup d’envoi de l’Année du tableau périodique des éléments chimiques

    L’UNESCO a donné le coup d’envoi mardi à Paris de l’Année internationale du tableau périodique des éléments chimiques pour sensibiliser le grand public à l’importance de la chimie et de ses applications pour le développement durable.

    Le 20 décembre 2017, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé 2019 l’Année internationale du tableau périodique des éléments chimiques, marquant le 150e anniversaire de sa création par le scientifique russe Dmitri Mendeleïev.

    Selon l’UNESCO, l’objectif est de reconnaître l'importance de ce tableau comme l'une des réalisations les plus importantes et la plus influente de la science moderne, reflétant l'essence non seulement de la chimie, mais aussi de la physique, de la biologie et d'autres disciplines des sciences fondamentales.

    « Le tableau périodique des éléments chimiques n’est pas qu’un simple guide ou catalogue de tous les atomes connus de l’univers : c’est essentiellement une fenêtre sur l’univers qui nous aide à mieux comprendre le monde qui nous entoure », a souligné la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, dans un message.

    Le lancement de l’Année internationale sera l’occasion de réfléchir à de nombreux aspects du tableau périodique, notamment son histoire, le rôle des hommes et des femmes dans la recherche, les tendances et perspectives mondiales en matière de science pour le développement durable, ainsi que les impacts sociaux et économiques.

    Source: ONU info


    29/01/19 - Un gigantesque diamant trouvé dans un gisement en Russie

    Connue aux quatre coins du monde pour ses diamants, la Russie a de nouveau sorti de ses profondeurs un exemplaire de 191,46 carats, le plus gros trouvé depuis quelques années, relate le service de presse de l’entreprise d’extraction russe Alrosa.

    Un diamant brut de 191,46 carats d'une taille de 40×31×20 mm a été trouvé dans le gisement d'Oudatchnaïa, dans la République russe de Sakha, et il s'agit, selon le service de presse de l'entreprise d'extraction diamantifère Alrosa, de la plus grosse pierre trouvée depuis plus de deux ans.

    «Ces découvertes de gros diamants de qualité gemme, pesant plus de 100 carats, montrent que le gisement de kimberlite Oudatchnaïa possède assez de matières premières rares et précieuses. Depuis le début du développement du gisement en 1967, il a offert à l'entreprise des centaines de gros diamants», a expliqué Evguéni Agoureev, membre du conseil d'administration, directeur de l'unité de commercialisation d'Alrosa, cité par le service de presse de la société.

    Comme l'a ajouté M.Agoureev, le diamant trouvé sera prochainement envoyé à l'unité de commercialisation pour l'analyser et évaluer la pierre.

    Le gisement d'Oudatchnaïa a été découvert en juin 1955. Depuis 2010, il est géré par l'entreprise publique d'extraction diamantifère russe Alrosa.

    Source: fr.sputniknews.com


    Vendredi 25/01/19 - Colombie: un nouveau gisement de pétrole léger découvert à la frontière vénézuélienne

    En pleine crise vénézuélienne intervient l’annonce de la découverte d’un nouveau gisement de pétrole léger par la compagnie pétrolière colombienne Ecopetrol près de la frontière avec le Venezuela. Le gisement est situé près d’un oléoduc important ce qui facilite sa commercialisation.

    La compagnie pétrolière colombienne Ecopetrol a découvert un gisement de pétrole léger dans le département d'Arauca à la frontière avec le Venezuela, selon un communiqué de la compagnie.

    Le gisement a été prospecté lors du forage du puits Cosecha C-01, d'une profondeur de 3.300 mètres, exploité de concert avec le partenaire d'Ecopetrol, Occidental Petroleum.

    Le puits produit actuellement près de 3.000 barils de pétrole léger de qualité par jour. Le gisement est situé à proximité immédiate de l'oléoduc Caño Limón-Coveñas, ce qui facilite son exploitation commerciale, a déclaré le président d'Ecopetrol Felipe Bayon.

    Cette découverte confirme une fois de plus le potentiel de la région et l'importance des projets réalisés dans le département d'Arauca, selon lui.

    L'annonce de cette découverte intervient alors que le Venezuela traverse une crise importante. L'opposant Juan Guaido, renvoyé mardi du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé mercredi «Président en exercice» du pays et a prêté serment. Donald Trump l'a reconnu comme «Président par intérim» et a déclaré qu'il utiliserait tous les outils économiques et diplomatiques pour «rétablir la démocratie au Venezuela».

    Nicolas Maduro a estimé que les États-Unis avaient essayé d'organiser un coup d'État au Venezuela et a rompu les relations diplomatiques avec ce pays, donnant 72 heures à ses diplomates pour quitter le territoire vénézuélien. M.Maduro a qualifié M.Guaido de Président non-constitutionnel.

    Source : fr.sputniknews.com


    Jeudi 24/01/19 - Israël: légers séismes ressentis dans le nord du pays

    Un tremblement de terre de magnitude 2.4 a été ressenti vers 22h00 dans le nord du pays, près du lac de Tibériade.

    Un autre séisme, d'une magnitude de 3.6, a également été ressenti un peu plus tard à Nazareth, a rapporté l'institut de géophysique israélien.

    Aucun blessé ni dégât n'est à déplorer."Toute la maison a tremblé", ont raconté des témoins.Il s'agit des premières secousses en Israël depuis la série de séismes qui a frappé la région l'été dernier.Le Contrôleur de l'Etat Yossef Shapira avait plusieurs fois mis en garde qu'Israël n'était pas encore suffisamment préparé pour faire face à un séisme d'envergure.Le dernier séisme majeur (6.2) ayant frappé l'Etat juif remonte à 1927. Le tremblement de terre avait fait 500 morts et 700 blessés. Or, les experts ont averti qu'un séisme de grande envergure pourrait frapper Israël dans un avenir proche.

    Source: _www.i24news.tv


    Mercredi 23/01/19 - Un séisme de magnitude 4,7 secoue l'île du Nord en Nouvelle-Zélande

    Des milliers de Néo-Zélandais ont déclaré avoir senti la terre trembler mercredi alors qu'un séisme de magnitude 4,7 a frappé Whanganui, sur la côte ouest de l'île du Nord.

    Geonet, le système de surveillance des risques géologiques de la Nouvelle-Zélande, a signalé un séisme de magnitude 4,7 à 5km au nord de Whanganui mercredi à 20h09 heure locale (07h09 GMT), à une profondeur de 96km.

    Près de 6.000 personnes ont affirmé sur le site Internet de Geonet avoir ressenti la secousse.

    Geonet a initialement signalé un séisme de magnitude 6 à 20h08 heure locale (07h08 GMT) à 10km au sud-ouest de Ruatoria, sur l'île du Nord, mais le rapport a été retiré peu après sa publication.


    Mardi 22/01/18 - Un séisme de magnitude 6,7 enregistré près d’îles sud-africaines, selon l’USGS

    Un puissant séisme de magnitude 6,7 a secoué l’océan Indien, près d’îles sud-africaines, selon l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS). Le tremblement a été enregistré à 19h UTC (20h heure de Paris). Cependant, aucune information concernant d'éventuelles victimes ou un tsunami n'est disponible pour l'heure.

    L'île sud-africaine du Prince-Édouard, située dans l'océan Indien, a été frappée par un tremblement de terre de magnitude 6,7, selon l'USGS.

    Le foyer du tremblement de terre était situé à environ 2.000 km au sud de la capitale du Mozambique, Maputo, et à 10 km de profondeur. Le séisme a été enregistré à 19h UTC (20h heure de Paris).

    Source: fr.sputniknews.com


    22/01/19 - Un séisme puissant frappe le centre de l'Indonésie

    Un fort séisme de magnitude 6,7 a secoué la province de Nusa Tenggara oriental, dans le centre de l'Indonésie, mardi 22 janiver à midi.

    Cependant, aucune alerte au tsunami n’a été lancée après le séisme, le deuxième à frapper l’Indonésie le même jour. Plus tôt dans la matinée, un séisme de magnitude 6 a secoué la partie sud de la ville de Raba sur l'île de Sumbawa, toujours dans le centre de l’Indonésie.

    Selon l’Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS), l'épicentre du séisme était situé à 219 km au sud de la ville de Raba, à une profondeur de 25 km.

    Il n'y a pas eu d'alerte immédiate aux tsunamis ni de rapports faisant état de dégâts ou de victimes.

    L'Indonésie, un archipel de 17.000 îles et îlots qui s'est formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne, eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone à forte activité sismique.

    L'année 2018 a été la plus meurtrière depuis plus d'une décennie, la série de séismes et de tsunamis ayant tué plus de 3.000 personnes.

    En 2004, un tsunami provoqué par un séisme sous-marin de magnitude 9,3 au large de Sumatra, dans l’ouest de l’Indonésie, avait tué 220.000 personnes dans les pays de l’océan Indien, dont 168.000 en Indonésie.

    Source: www.lecourrier.v


    22/01/19 - Un séisme majeur bientôt dans la Caraïbe, les scientifiques ne sont pas d'accord

    Ce n'est plus une surprise, depuis de nombreuses années, nous le savons, nous sommes sous la menace d’un séisme majeur, un Big one… Toute la Caraïbe est d'ailleurs concernée. Une scientifique de l’université des West Indies tire la sonnette d’alarme…

    Alors que la terre a tremblé hier (lundi 21 janvier) aux Saintes avec un séisme de magnitude 4.1sur l’échelle de Richter, une spécialiste de la question tire la sonnette d’alarme… La Caraïbe, et plus singulièrement la Guadeloupe, seraient sous le menace d’un Big one incessamment… Ce sont les conclusions de cette scientifique de l’université des West Indies. Plusieurs signes en sont pour elle la preuve… Nous devons donc nous préparer au pire.

    Les derniers séismes annonceraient le Big one

    La Guadeloupe, la Martinique, mais aussi Antigua et Barbuda, la Dominique, Sainte-Lucie... Toutes ces îles ont été concernées par des séismes de faible intensité récemment. Au total, pas moins d'une centaine de tremblements de terre depuis la fin de l'année dernière, enregistrés par le centre de recherches sismiques de Trinidad et Tobago, et le réseau sismique de Porto Rico. Il y a un peu plus d'un mois, 54 secousses ont été signalées au nord de Saint Kitts & Nevis, sur une période d'à peine 21 heures. La plus importante était de magnitude 4,1 sur l'échelle de Richter. En général, la plupart de ces phénomènes ne sont pas ressentis par les populations. Mais selon Joan Lutchman, la directrice du Centre de recherches sismiques (SRC) du campus St Augustine de l'Université des Indes occidentales (UWI), la fréquence de ces tremblements de terre est un indicateur.

    C'est pour elle le signe qu'un "Big one" se prépare. Elle conseille donc à toutes les îles de la Caraïbe à se tenir prêtes à faire face à un méga séisme.

    Désaccord sur le Big one

    Et comme c’est souvent le cas, il y a régulièrement des divergences entre scientifiques. Chez nous, la directrice adjointe de l’observatoire volcanologique et sismologique n’est pas sur la même longueur d’onde que la scientifique de l’université des West -Indies. Pour Séverine Moune, nous ne somme pas à l’abri d’un Big One, mais les mini séismes de ces derniers mois ne sont pas des signes pour autant.

    Source: la1ere.francetvinfo.fr


    Jeudi 17/01/18 - Maroc: Driouch frappée par un séisme d'une magnitude de 4,2

    Une secousse tellurique d'une magnitude de 4,2 degrés sur l'échelle de Richter a été enregistrée jeudi dans la province de Driouch, indique l'Institut national de géophysique (ING).

    La secousse, dont l'épicentre est situé dans la commune de Tazaghine, s'est produite à 11H56 12 sec (GMT+1), précise le Réseau national de surveillance et d'alerte sismique de l'ING dans un bulletin d'alerte sismique.

    La secousse ressentie, d'une profondeur de 14 km, a été enregistrée à une latitude de 35,202°N et une longitude de 3,481°W, ajoute la même source.

    Source: www.h24info.ma avec la MAP


    17/01/19 - Inde: Le tremblement de terre de magnitude 6 secoue la région des îles Nicobar | Inde Nouvelles

    Port Blair: Un puissant séisme de magnitude 6 a frappé le séisme Les îles Andaman et Nicobar jeudi, a déclaré le Centre national de séismologie (NCS).

    Il n'y a pas eu d'alerte tsunami, le niveau de la mer autour de l'archipel Andaman Nicobar n'a pas augmenté de manière significative, a déclaré SPS Shenoi, directeur d'INCOIS.

    Le tremblement de terre a frappé la région à 8h43 et son épicentre était la région des îles Nicobar.

    Il n'y a pas eu de rapports immédiats de pertes de vies humaines ou de dégâts matériels, ont indiqué des responsables.

    Source: teles-relay.com avec The Times of India


    17/01/19 - Éruption d'un volcan sur une petite île du sud-ouest du Japon




    Mardi 15/01/19 - Un séisme de magnitude 6,6 enregistré au large du Vanuatu, selon l’USGS

    Un séisme de magnitude 6,6 a secoué la côte nord-est de l'île Toga du Vanuatu, d'après l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS). Il n'y a pas eu d'alerte au tsunami ni de signalement immédiat de dégâts.

    Un tremblement de terre de magnitude 6,6 a été enregistré le mercredi 16 janvier au matin (le 15 janvier à 18h06 UTC) avec un hypocentre situé à une profondeur de 47 km près de la côte nord-est de l'île Toga du Vanuatu, selon l'USGS.

    Aucune information sur d'éventuelles victimes ni dégâts n'est disponible pour le moment. L'alerte tsunami n'a pas été déclenchée suite au séisme.

    Les îles de l'archipel du Vanuatu sont situées sur la ceinture de feu du Pacifique qui a la forme d'un fer à cheval et où se rencontrent des plaques tectoniques. Ainsi, cette zone est sujette à une fréquente activité sismique et volcanique.

    Source illustrée (cartes): fr.sputniknews.com


    15/01/19 - La météorite qui a exterminé les dinosaures aurait engendré une vague de 1,5 km de haut !

    L’impact qui a exterminé les dinosaures il y a 66 millions d’années aurait créé un gigantesque tsunami puis une série de vagues immenses touchant la totalité des océans.

    Des ondes de choc et des tremblements de terre, de gigantesques incendies, des éruptions exceptionnelles ainsi qu'un épais nuage de suies et de poussières obscurcissant le ciel et bloquant les rayons du Soleil pendant des années… La météorite de Chicxulub, qui s'est écrasée sur Terre il y a 66 millions d'années dans l'actuelle péninsule du Yucatan, au sud-est du Mexique, a engendré des conditions dantesques provoquant l'extinction de 50 à 75% des espèces vivantes, dont les dinosaures non aviaires. Ce qu'on ne savait pas, en revanche, ce que cet impact aurait provoqué un incroyable tsunami avec une première vague avoisinant… 1,5 kilomètre de haut ! " A notre connaissance, nous sommes les premiers à avoir modélisé le tsunami de façon globale, depuis l'impact jusqu'aux dernières ondes qui se sont propagées ", a précisé Molly Range, chercheuse à l'université du Michigan (Etats-Unis).

    Les dix premières minutes après l'impact de la météorite

    Avec ses collègues de l'université Princeton, de l'université Brown et du Massachusetts Institute of Technology, elle a présenté ses travaux lors de la dernière réunion annuelle de l'Union américaine de géophysique à Washington, qui seront bientôt publiés dans une revue scientifique. Un premier modèle s'est attaché à reproduire ce qu'il s'est passé lors des dix premières minutes en fonction de la topographie du lieu d'impact et de la croûte océanique telles qu'elles devaient se présenter à la fin du Crétacé. Lorsque la météorite de 14 km de diamètre (soit un peu moins que la taille de Paris !) a percuté les eaux côtières peu profondes, elle a créé un cratère de plus d'un kilomètre de profondeur. Le souffle a été si puissant que ce dernier été complètement asséché pendant quelques instants. Mais l'eau s'est précipitée ensuite à l'intérieur du cratère, avant d'en ressortir sous la forme d'une colossale " vague d'effondrement ".

    Tous les océans de la planète

    Un second modèle a permis de simuler les effets à plus long terme. Il montre que de nouvelles séries de vagues allant jusqu'à 100 mètres de hauteur et se propageant à la vitesse de 140 km/h ont déferlé dans le Golfe du Mexique. Mais en passant notamment par la bande de terre qui sépare l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud, la houle atteint en moins de 24 heures tous les océans de la planète, déplaçant d'immenses quantités de sédiments et provoquant des phénomènes d'érosion ainsi que des murs d'eau de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres dans l'Atlantique Nord ou le Pacifique Sud. Selon les calculs des chercheurs, ce tsunami aurait véhiculé, pendant les sept premières heures suivant l'impact, jusqu'à 29.000 fois plus d'énergie que celui qui a ravagé l'Indonésie en 2004, occasionnant alors près de 230.000 morts.

    Source: www.sciencesetavenir.fr - Rédaction: Franck Daninos


    Mardi 08/01/19 - Un séisme de magnitude 6,3 enregistré au large du Japon

    L'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS) a enregistré un tremblement de terre de magnitude 6,3 au large de l'île japonaise de Tanegashima.

    Pour sa part, l'Agence météorologique du Japon a évalué la magnitude du séisme à 5,9. Son épicentre se trouvait selon l'Agence au large de l'île de Tanegashima dans l'océan Pacifique qui abrite le centre spatial du même nom.

    Aucune information sur d'éventuelles victimes ni dégâts n'est disponible pour le moment. L'alerte tsunami n'a pas été déclenchée suite au séisme.

    Le Japon est situé sur la Ceinture de feu du Pacifique, qui concentre la majeure partie des tremblements de terre et des éruptions volcaniques de la planète. Chaque année, le pays subit plus de 20% des séismes parmi les plus puissants recensés dans le monde.

    Source: fr.sputniknews.com


    Lundi 07/01/19 - Le nombre de blessés d’un séisme en Iran continue de grimper

    Un tremblement de terre a frappé dimanche la partie ouest de l’Iran, près de la frontière irakienne. Le nombre de personnes qui ont été adressées aux hôpitaux ne cesse d’augmenter et s’élève actuellement à 75 blessés, ont annoncé les services d’urgence iraniens.

    Au moins 75 personnes ont été blessées suite à un séisme survenu dimanche à Gilan Gharb, dans la province de Kermanshah, dans l'ouest de l'Iran, a déclaré Pir-Hossein Koulivand, chef des services médicaux d'urgence iraniens, cité par l'agence de presse Reuters.

    La magnitude du tremblement de terre fixée par le US Geological Survey (USGS) a était initialement évaluée à 5,9 mais a ensuite été révisée à 5,5. L'épicentre était situé à 133 km au nord-est de la ville de Bagdad, à une profondeur de 49 km.

    Selon le chef des services médicaux d'urgence, la plupart des personnes n'ont été que légèrement blessés et leur pronostic vital n'est pas engagé.
    Cette zone frontalière est souvent en proie à des secousses souterraines. Ainsi, en janvier 2018, huit séismes s'étaient succédés à un intervalle de moins d'une heure les uns des autres à la frontière entre l'Iran et l'Irak, touchant Bagdad.

    Source:


    Dimanche 06/01/19 - Indonésie: un séisme de magnitude 6,6 frappe de nouveau le pays

    Ces six derniers mois, l'Indonésie avait déjà été frappée par trois autres tremblements de terre meurtriers. Cette fois-ci, l'alerte au tsunami n'a pas été émise et aucun dégât majeur n'a été constaté.

    Un séisme de magnitude 6,6 a frappé ce lundi à l'aube l'Indonésie, endeuillée ces derniers mois par plusieurs tremblements de terre et raz-de-marée. Cependant, aucune alerte au tsunami n'a été émise.

    Le tremblement de terre s'est produit à une profondeur de 60 kilomètres sous la mer des Moluques, à 175 kilomètres au nord/nord-ouest de la ville de Ternate, a annoncé l'Institut géologique américain (USGS). Aucun dégât majeur n'a pour l'heure été signalé.

    Un habitant de Manado, Bani Nasution, a raconté avoir ressenti le séisme. "J'ai couru hors de ma maison, et d'autres personnes ici en ont fait autant, mais nous sommes tous revenus maintenant".

    Fin décembre, un tsunami meurtrier, provoqué par l'éruption d'un volcan au milieu du détroit de la Sonde, entre les îles de Sumatra et Java, a fait plus de 400 morts. Il s'agissait du troisième cataclysme à frapper l'Indonésie ces six derniers mois, après une série de séismes sur l'île de Lombok en juillet et août, puis un raz-de-marée à Palu, sur l'île des Célèbes, qui a fait 2.200 morts et des milliers de disparus en septembre.

    Source: www.bfmtv.com


    02/01/19 - Indonésie: les catastrophes naturelles mettent à mal le tourisme

    En Indonésie, la succession des catastrophes naturelles a engendré une chute du nombre de touristes en 2018 alors que le pays souhaitait booster prochainement les visites sur 10 sites grâce à des investissements étrangers.

    Avec ses plages, son emblématique volcan au loin et à proximité un sanctuaire abritant les derniers rhinocéros de Java, Tanjung Lesung était vouée à doper les revenus touristiques indonésiens. C'était avant que la région ne soit ravagée par un tsunami, un raz-de-marée qui a fait plus de 400 morts en décembre 2018 sur les rives du détroit de la Sonde. La catastrophe a peut-être hypothéqué l'avenir économique de la région et soulevé plus largement des questions sur la viabilité d'un ambitieux projet visant à dupliquer dans une dizaine de sites indonésiens.

    La difficulté de prévoir certains tsunamis

    La vague a déferlé en soirée, sans avertissement, après l'effondrement d'un pan du volcan Anak Krakatoa, "l'enfant" du légendaire Krakatoa qui a perdu les deux tiers de sa hauteur. Plus d'une centaine de personnes qui se trouvaient au Tanjung Lesung Beach Hotel ont été tuées. Plusieurs autres établissements ont également été dévastés, dont des bungalows de plage totalement anéantis. Le ministre indonésien du tourisme, Arief Yahya, a ordonné que la ville soit reconstruite en six mois et balayé les préoccupations sur le risque que continue de présenter l'Anak Krakatoa. "Les catastrophes peuvent arriver n'importe où en Indonésie", a-t-il dit à l'AFP lors d'une récente visite dans la ville. "Il faut des systèmes d'alerte aux tsunamis, et notamment dans les zones touristiques. Et nous allons en installer". Sauf qu'à la différence des tsunamis provoqués par les tremblements de terre et qui enclenchent les systèmes d'alertes, les vagues "volcaniques" ne laissent que très peu de temps aux autorités pour prévenir les gens. Lors du dernier tsunami, les observatoires n'ont pris connaissance de la propagation de la vague qu'une fois qu'elle avait atteint les côtes de Java et de Sumatra.

    En Indonésie, les catastrophes naturelles se succèdent
    "Cela va être encore plus difficile de faire la promotion de la zone vu que les bâtiments sont détruits et que le volcan est plus actif", a déclaré Tedjo Iskandar, un spécialiste des questions de tourisme basé à Jakarta. En 2018, environ 42% des 14 millions de touristes étrangers qui se sont rendus en Indonésie sont allés à Bali, ce qui a rapporté 17 milliards de dollars. Des sites de l'archipel avaient été sélectionnés dans le cadre du projet des "Dix nouveaux Bali", qui avait été dévoilé en 2016. Son but est de courtiser les investisseurs chinois, singapouriens et autres avec pour objectif de porter à 20 millions le nombre annuel de touristes. Sur la liste figurent Tanjung Lesung, le Temple de Borobodur, l'île paradisiaque de Belitung, celle de Lombok, le Lac Toba à Sumatra, le spectaculaire volcan Bromo, ou encore le Parc national de Komodo qui abrite les célèbres dragons. Mais le tsunami pourrait bien avoir pour conséquence de réévaluer le bien-fondé d'investir quatre milliards de dollars à Tanjung Lesung. Et ce site n'est pas le seul sur la sellette. Lombok a été ébranlée durant l'été 2018 par un séisme qui a fait plus de 500 morts et entraîné un départ en masse des touristes. Quelques semaines plus tôt, le naufrage d'un ferry sur le lac Toba a fait près de 200 morts ou disparus. Surabaya, la deuxième ville du pays, a été le théâtre d'attentats suicide revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique (EI). Et fin 2017, le regain d'activité du mont Agung a eu pour conséquence de bloquer des milliers de touristes à Bali.

    Un pays mal préparé aux risques naturels

    Le nombre de touristes en Indonésie a plongé au second semestre 2018 sous l'effet cumulé des séismes de Lombok, d'un séisme suivi d'un tsunami meurtrier aux Célèbes et du crash d'un vol de Lion Air entre Jakarta et Pangkal Pingang qui a fait 189 morts. L'archipel est l'un des pays du monde les plus sujets aux catastrophes naturelles. Formé par la convergence de plaques tectoniques, l'Indonésie se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique et volcanique.

    Les catastrophes les plus récentes ont illustré le manque de préparation du pays face aux risques naturels. Ainsi les systèmes d'alerte au tsunami dans la ville de Palu, la plus touchée par ce raz-de-marée, ne fonctionnaient plus depuis 2012, la faute au manque de budget ou à des problèmes techniques. En décembre, dans le Détroit de la Sonde, les autorités ont initialement annoncé qu'il n'y avait pas de risque de tsunami, avant de se raviser et de présenter leurs excuses. L'initiative des "Dix nouveaux Bali" n'est peut-être pas complètement morte, mais elle impliquera que le gouvernement revoie sa copie en matière de sécurité, avertit I Ketut Ardana, responsable du bureau de Bali de l'Association indonésienne des agences de voyage. "Il doit mieux informer les habitants et les touristes pour qu'ils soient prêts à agir en cas de catastrophe".

    Source illustrée: www.sciencesetavenir.fr


    01/01/19 - Turquie: Un séisme secoue l’est du pays le jour du nouvel an

    La Turquie a accueilli le nouvel an par un séisme de magnitude 4.2 sur l’échelle de Richter qui a frappé l’est du pays et plus précisément, la province de Pingull.

    La direction de lutte contre les catastrophes qui a annoncé ce séisme qui s’est produit vers 5 heures du matin, n’a pas donné de précisions sur son bilan matériel et humain.

    Source: www.tunisienumerique.com

     Tiré à part 

    Le "Journal Communautaire Interactif ©" est une création @picom  - e-mail : journal@j-c-i.com
    Informations légales
    Propositions
    d'articles ou d'anecdotes
       Géosciences
       Environnement
     
    Propositions de photos,
    schémas ou dessins
       Réception iconogaphie
     
    Boîte à lettres
    vos questions & nos réponses
       Courrier des lecteurs
     
    Nos coordonnées