Nombre de Terriens le 07/05/19 : 7 702 550 000 Lecteurs & acteurs
GEOACTUALITES
La Terre au jour le jour
Les échos de la planète. Les articles sont classés chronologiquement. Si vous avez des informations à nous suggérer, n'hésitez pas à nous les envoyer.

  • Avril 2018
  • Mai 2018
  • Juin 2018
  • Juillet 2018
  • Août 2018
  • Septembre 2018
  • Octobre 2018
  • Novembre 2018
  • Décembre 2018
  • Janvier 2019
  • Février 2019
  • Mars 2019
  • Avril 2019
  • Mai 2019
  •  Décembre 2018
    Lundi 31/12/18 - Le volcan indonésien Anak Krakatoa à l'origine du tsunami a perdu les 2/3 de sa hauteur

    L'Anak Krakatoa est entré en éruption en décembre 2018, provoquant un tsunami fatal à plus de 400 personnes. La catastrophe a provoqué un effondrement du volcan de 338 à 110 mètres.

    Le volcan Anak Krakatoa, à l'origine du tsunami qui a tué plus de 400 personnes la semaine dernière en Indonésie, a perdu plus des deux-tiers de sa hauteur à la suite de l'éruption qui a provoqué la catastrophe, ont indiqué à l'AFP samedi 29 décembre 2018 des sources officielles. Une analyse visuelle effectuée par l'Agence indonésienne de vulcanologie est parvenue à cette conclusion, l'Anak Krakatoa, qui faisait 338 mètres de hauteur, n'en fait plus aujourd'hui que 110 mètres. Une partie du cratère s'est effondrée dans l'océan après l'éruption, provoquant le tsunami. L'Agence indonésienne évalue qu'entre 150 et 180 millions de m3 de rochers et de cendres sont tombés dans la mer. "L'Anak Krakatoa est maintenant bien plus petit. Vous pouvez habituellement observer son sommet depuis un poste d'observation. Maintenant, c'est impossible", a commenté un responsable de l'institution pour l'AFP.

    Des images satellites prises avant et après l'éruption par l'Agence spatiale japonaise ont mis en évidence que 2 km2 de l'île volcanique où se trouve l'Anak Krakatoa sont désormais engloutis dans les flots. Une semaine après le drame, des milliers de musulmans indonésiens se sont recueillis samedi dans la région de Pandeglang, la plus touchée, à la mémoire des victimes du tsunami. "Mes prières vont aux victimes pour qu'elles obtiennent de l'aide et s'arment de patience. Je prie aussi pour que le gouvernement nous aide immédiatement dans la reconstruction, nous fournisse des vêtements et de la nourriture, ou pour le moins, qu'il nous manifeste un soutien moral", explique Dian Rosdiana à l'AFP. Selon les autorités, 426 personnes au moins ont péri lors de la catastrophe. Plus de 40.000 personnes ont été évacuées par crainte d'un autre tsunami, alors que l'Anak Krakatoa continue de gronder.

    Source illustrée: www.sciencesetavenir.fr avec l'AFP


    31/12/18 - Inde: 15 hommes coincés dans une mine depuis 15 jours

    Les mineurs sont coincés à 106 mètres de profondeur depuis deux semaines. La lenteur des secours est critiquée.

    Leurs familles attendent un signe de vie. Des plongeurs de la marine indienne ont lancé dimanche une importante opération pour tenter de retrouver 15 hommes piégés depuis plus de deux semaines dans une mine de charbon inondée du nord-est du pays, a annoncé la police.

    Les ouvriers sont coincés depuis que l'eau d'une rivière voisine s'est déversée le 13 décembre dans cette mine illégale profonde de 106 mètres dans l'État de Meghalaya.

    Les mineurs n'ont donné aucun signe de vie, mais leurs familles se raccrochent à l'espoir qu'ils aient pu trouver refuge dans une poche d'air, alors que la lenteur de la mobilisation des secours a fait scandale dans le pays.

    "Ils essaient d'entrer à l'intérieur"

    "Quatorze plongeurs de la marine sont arrivés hier pour des repérages", a déclaré Sylvester Nongtnger, un responsable de la police locale. "Ils essaient d'entrer à l'intérieur".

    Un tribunal indien avait interdit les mines de charbon sauvages dans l'État de Meghalaya en 2014 après des plaintes de militants écologistes dénonçant "une grave pollution de l'eau", alors que les conditions de sécurité étaient également dénoncées.

    Mais en raison de recours devant la Cour suprême de la part de propriétaires de mines et des autorités de l'État, cette pratique a perduré: les habitants extraient illégalement du charbon de dangereuses mines à l'aide de moyens sommaires. Ils y percent des trous sur le flanc des collines puis creusent de petits tunnels horizontaux pour atteindre une veine de charbon.

    Manque de pompes à eau et d'équipements de sauvetage

    Quinze mineurs avaient trouvé la mort dans un accident similaire survenu dans le même État en 2012. Leur corps n'ont jamais été retrouvés. Le travail des secouristes a notamment été retardé par un manque de pompes à eau et d'équipements de sauvetage.

    La lenteur des secours a été comparée sur les réseaux sociaux à l'exceptionnelle mobilisation de cet été, en Thaïlande, pour sauver 12 enfants et leur entraîneur de football piégés dans une grotte. Ils avaient tous été retrouvés sain et sauf.

    Source: www.lexpress.fr avec l'AFP


    Les autorités spécialisées en géologie en Egypte ont annoncé, ce lundi 31 décembre 2018, qu’un séisme de magnitude 4 sur l’échelle de Richter a secoué plusieurs régions du pays.

    31/12/18 - L’Egypte secouée par un séisme de 4 degré sur l'échele de Richter

    Les secousses ont été ressenties par les habitants de la région du Caire, d’Al Gizeh et du delta du Nil.

    Source:


    31/12/18 - Petit séisme au large de Marie-Galante

    La terre a tremblé à 9h39 lundi matin au sud est de Marie-Galante.

    Le séisme s'est produit à 18 km au sud-est de Grand-Bourg de Marie-Galante, ce lundi à 9h39. Il s'agit, selon les premières données relevées, d'un tremblement de terre de magnitude 4, dont l'épicentre se situait à une profondeur de 102 kilomètres.

    Source: www.rci.fm


    Dimanche 30/12/18 - Nouveau séisme de magnitude 4,7 à Mayotte

    La préfecture de Mayotte a signalé un séisme de magnitude 4,7 au large de Mayotte. Une nouvelle secousse dans l'essaim de séisme qui fait trembler l'île depuis plusieurs mois.

    Mayotte a encore tremblé. Dans la nuit du 29 au 30 décembre, aux alentours de 2h30 du matin, un séisme de magnitude 4,7 sur l'échelle de Richter a été relevé par plusieurs sismographes et signalé par la préfecture de Mayotte.

    Le séisme a eu lieu à 10 km de profondeur, à 18 km au Sud-est de Mamoudzou, le chef-lieu de Mayotte.

    Fortement ressenti

    Ce n'est pas la plus forte secousse à toucher Mayotte mais elle a été fortement ressentie par la population. Sur le site du Centre européen et méditerranéen de sismologie (EMSC), plusieurs témoignages racontent un tremblement soutenu. Un habitant de Mamoudzou explique avoir ressenti "plusieurs secousses" dans la soirée avant le séisme. Mais s'il a été rapide, le séisme a été apparemment très fort selon les témoignages. "Les verres ont tremblé fortement dans le salon", raconte un Mahorais qui estime la durée à "10 secondes environ".

    "Très fort celui-là ! Réveillés en sursaut, tout a vibré dans la maison !", signale un internaute de Pamandzi, une ville située à 12 km de l'épicentre. D'autres habitants s'étonnent de la magnitude, trop faible au regard de leur ressenti : "Seulement 4,7 ??? Un des plus forts de l’année en ressenti ! On a bien eu peur, on sent qu’il ne manque pas grand chose pour que la maison s’écroule !"

    Essaim de séismes

    Depuis plusieurs mois, Mayotte est régulièrement secouée par des séismes. Le plus fort a eu lieu le 15 mai avec une magnitude de 5,8. Des études sont en cours sur l'île pour tenter de déterminer les causes de ces tremblements répétés. Le 11 novembre dernier, des appareils de mesures du monde entier ont relevé d'étranges ondes sismiques au large de Mayotte, non-ressenties par la population. Elles pourraient être dues à l'effondrement d'une poche de magma sous-marine qui pourrait expliquer les séismes de ces derniers mois à Mayotte.

    Source: la1ere.francetvinfo.fr


    Samedi 29/12/18 - Un séisme de magnitude 6,9 frappe les Philippines

    Une alerte au tsunami a été brièvement émise, avant d'être levée. Aucune victime ni dégâts n'ont pour l'heure été signalés.

    Un séisme de magnitude 6,9 sur l'échelle de Richter a frappé, samedi 29 décembre, l'île de Mindanao, dans le sud de l'archipel des Philippines, a annoncé l'Institut géologique américain (USGS). Aucune victime ni dégâts n'ont pour l'heure été signalés.

    Le séisme s'est produit aux alentours de 11h40 (heure locale), au sud-est de la ville de Davao, et l'épicentre de la secousse a été localisé à 193 km de la ville de General Santos, à une soixantaine de kilomtres de profondeur, selon l'USGS, qui avait initialement estimé la magnitude à 7,2.

    Le centre d'alerte des tsunamis dans le Pacifique a indiqué que des "vagues dangereuses" étaient "possibles" sur les côtes du sud des Philippines et du nord de l'Indonésie, déjà meurtrie la semaine dernière par un tsunami qui a fait 426 morts et 40 000 déplacés. Le centre a depuis levé son avertissement.

    Source: www.francetvinfo.fr avec l'AFP


    29/12/18 - Indonésie: l'Anak Krakatoa, le volcan responsable du tsunami, a perdu les deux-tiers de sa hauteur

    Le volcan Anak Krakatoa, à l'origine du tsunami qui a tué plus de 400 personnes la semaine dernière en Indonésie, a perdu plus des deux-tiers de sa hauteur à la suite de l'éruption qui a provoqué la catastrophe, a-t-on indiqué aujourd'hui de source officielle. Une analyse visuelle effectuée par l'Agence indonésienne de vulcanologie est parvenue à cette conclusion, l'Anak Krakatoa, qui faisait 338 mètres de hauteur, n'en fait plus aujourd'hui que 110 mètres.

    Une partie du cratère s'est effondrée danIndonésie : l'océan après l'éruption, provoquant le tsunami. L'Agence indonésienne évalue qu'entre 150 et 180 millions de m3 de rochers et de cendres sont tombés dans la mer. "L'Anak Krakatoa est maintenant bien plus petit. Vous pouvez habituellement observer son sommet depuis un poste d'observation. Maintenant, c'est impossible", a commenté un responsable de l'institution. Des images satellites prises avant et après l'éruption par l'Agence spatiale japonaise ont mis en évidence que deux km2 de l'île volcanique où se trouve l'Anak Krakatoa s'étaient engloutis dans les flots.

    Une semaine après le drame, des milliers de musulmans indonésiens se sont d'autre part recueillis samedi dans la région de Pandeglang, la plus touchée, à la mémoire des victimes du tsunami. "Mes prières vont aux victimes pour qu'elles obtiennent de l'aide et s'arment de patience. Je prie aussi pour que le gouvernement nous aide immédiatement dans la reconstruction, nous fournisse des vêtements et de la nourriture, ou pour le moins, qu'il nous manifeste un soutien moral", explique Dian Rosdiana.

    Selon les autorités, 426 personnes au moins ont péri lors de la catastrophe.Plus de 40.000 personnes ont été évacuées par crainte d'un autre tsunami, alors que l'Anak Krakatoa continue de gronder.

    Source illustrée: www.lefigaro.fr avec l'AFP


    Vendredi 28/12/18 - Venezuela: Un séisme de magnitude 4,9 secoue Caracas et plusieurs Etats

    Un séisme de magnitude 4,9 a secoué Caracas et plusieurs Etats du Venezuela ce jeudi dans la matinée. Le tremblement de terre a démarré à 12 km au nord-est de Valencia, dans l’Etat de Carabobo, à 9 km de profondeur selon la Fondation vénézuélienne d’enquêtes sismologiques (Funvisis).

    L’Institut américain de géophysique (USGS) a mesuré le séisme à une magnitude de 5,6. Il a été ressenti dans de nombreux Etats (Aragua, Miranda, Cojedes, Trujillo et Mérida), selon les témoignages d’internautes sur Twitter.

    Un séisme de magnitude 7,3 en août
    La secousse a été suivie d’au moins trois répliques, dont la plus importante a atteint une magnitude de 4,5. Dans la capitale, les habitants sont sortis des immeubles après la première vague.

    Le 21 août, un séisme d'une magnitude de 7,3 (selon l’USGS) avait frappé le Venezuela et Trinité-et-Tobago, provoquant la panique mais aucune victime ou dégât majeur. Ce tremblement de terre est jusqu’ici le plus fort enregistré au Venezuela.

    Source: _www.20minutes.fr avec agences


    Jeudi 27/12/18 - Etna: inquiétude en Sicile, 600 personnes évacuées

    En Sicile (Italie), le réveil de l'Etna sème l'inquiétude chez les habitants, qui déplorent déjà d'importants dégâts matériels.

    En éruption depuis quatre jours, l'Etna (Italie) continue de cracher ses cendres, jeudi 27 décembre. Les Siciliens s'inquiètent des secousses sismiques à répétition qui ont ébranlé plusieurs villages. Par peur, des habitants ont passé la nuit dans la rue, dans leurs voitures. "J'ai eu froid, j'ai passé une nuit horrible à avoir peur", raconte un Sicilien.

    Dégâts matériels et nouvelles craintes

    Les toitures se sont parfois effondrées, les routes sont par endroits impraticables et le patrimoine souvent touché. À Catane (Italie), des pans entiers d'une église se sont écroulés. "La peur nous frappe. Nous sommes dans une zone sensible à ces phénomènes, déplore l'archevêque de Catane. Grâce à Dieu, il n'y a pas eu de victimes." Une dizaine d'habitants ont été blessés, 600 personnes ont été mises à l'abri par les secouristes qui craignent de nouvelles répliques.

    Source: www.francetvinfo.fr


    26/12/18 - Sicile: Un séisme de magnitude 4,8 frappe la zone du volcan Etna, en éruption depuis lundi

    Un séisme de magnitude 4,8 a frappé, ce mercredi, une zone proche de l'Etna, le volcan sicilien en éruption depuis lundi, faisant une dizaine de blessés et des dommages sur des édifices anciens, ont annoncé les autorités de protection civile.

    Une dizaine de personnes ont été transportées par ambulance dans des hôpitaux, pour des blessures légères consécutives à la chute de gravats. Une vieille dame a subi de multiples fractures, et dix-huit autres se sont rendues par elles-mêmes dans des hôpitaux pour des égratignures superficielles, a recensé l’agence Agi.

    Des murs, une église et une statue réduits en cendres

    Selon un communiqué de l'Institut national de géophysique et de vulcanologie (INGV)​, le séisme de 4,8 s’est produit à 3h18 mercredi (2h18 GMT) à seulement 1,2 kilomètre de profondeur. Son impact a donc été ressenti dans toute la région. La forte secousse a eu lieu au sud-est du volcan, à 5 kilomètres de la mer, où sont situées des petites communes agricoles et viticoles. Six localités ont subi la plupart des dommages matériels.

    Le campanile de l’église Santa Maria Santissima del Carmelo, dans la commune d'Acireale, s’est écroulé. Mais surtout sa statue de Sant’Emidio, vénéré car considéré comme protecteur contre les tremblements de terre. Dans une autre commune, les murs d’une habitation se sont écroulés. Des pompiers de toute la région et de la Calabre voisine ont été dépêchés mercredi au petit matin vers les communes siciliennes touchées.

    Près de 60 secousses depuis lundi

    Une petite portion de l’autoroute longeant la mer a été fermée mercredi pour vérifications en raison de la détection de fissures, mais l’aéroport international de Catane, la capitale de la province, au sud du volcan, était toujours opérationnelle mercredi. Il s’agit de l’événement sismique le plus important depuis la reprise d’activité de l’Etna le 23 décembre. L’éruption s’était produite lundi sur le flanc latéral de l’Etna, une première depuis dix ans. En raison du manque de visibilité, une grande partie de l’espace aérien autour du volcan avait été fermée lundi, avant de rouvrir le lendemain.

    Depuis lors, l’INGV a recensé 60 secousses d’une magnitude supérieure à 2,5 (dont quatre mercredi matin). Le 24 décembre, plusieurs secousses avaient déjà été enregistrées d’une magnitude comprise entre 4,0 et 4,3, sans toutefois provoquer de dommages matériels. L’Etna, qui culmine à 3.300 mètres, est le plus important volcan en activité en Europe, avec des éruptions fréquentes, connues depuis au moins 2.700 ans. Sa dernière phase éruptive remonte au printemps 2017 et la dernière grosse éruption à l’hiver 2008-2009.

    Source: _www.20minutes.fr avec l'AFP


    27/12/18 - L'Indonésie relève le niveau de vigilance sur l'Anak Krakatoa

    L'alerte volcanique sur l'Anak Krakatoa, "l'enfant" du légendaire volcan Krakatoa, est porté au 2e niveau par les autorités indonésiennes.

    L'Indonésie a l'oeil rivé sur l'Anak Krakatoa. L'archipel a relevé jeudi 27 décembre 2018 le niveau d'alerte concernant le volcan ayant provoqué un tsunami dans le détroit de la Sonde. On redoute que son regain d'activité puisse engendrer une nouvelle vague meurtrière. Les autorités ont porté le niveau d'alerte à "élevé", soit le deuxième niveau le plus important. Le rayon de la zone interdite autour de l'Anak Krakatoa, "l'enfant" du légendaire volcan Krakatoa, a en outre été élargi à cinq kilomètres. Les autorités ont exhorté les habitants à se tenir à l'écart du littoral, après le raz-de-marée qui a soudainement frappé samedi 22 décembre au soir les rivages du détroit entre les îles de Sumatra et de Java.

    Le dernier bilan de l'éruption de l'Anak Krakatoa fait état de 430 morts

    Cette tragédie serait consécutive à une éruption modérée du volcan. Elle aurait provoqué un effondrement sous-marin d'une partie de l'Anak Krakatoa et le déplacement de masses d'eau. Selon les scientifiques, une partie importante du flanc sud de l'île volcanique, l'équivalent de 90 stades de football, a en effet glissé vers l'océan peu avant le tsunami. Un dernier bilan fait état de 430 morts, 1.495 blessés et 159 disparus.

    L'Anak s'est formé aux alentours de 1928 dans la cuvette laissée derrière lui par le Krakatoa, dont l'éruption avait fait 36.000 morts en 1883. Jeudi, l'Anak crachait toujours des nuages de cendres alors que des nuées ardentes dévalaient ses pentes. D'où le risque accru pour les bateaux naviguant dans ses parages. "Il y a un risque d'éruption plus importante", a déclaré le porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho. "Les personnes pourraient être touchées par des pierres brûlantes, par les coulées pyroclastiques et les cendres épaisses."

    L'alerte volcanique de 2e niveau impose une zone d'exclusion de 5 kilomètres autour du volcan

    Le trafic aérien autour du volcan Anak Krakatau entre les îles indonésiennes de Java et de Sumatra était très perturbé jeudi. Les autorités ont précisé que tous les vols autour du volcan étaient redirigés à cause des cendres rejetées : "Tous les vols sont redirigés à cause des cendres volcaniques rejetées par l'Anak Krakatau, qui est en alerte rouge", dit un communiqué de l'autorité du contrôle aérien AirNav. L'alerte volcanique de deuxième niveau impose une zone d'exclusion de cinq kilomètres autour du volcan.

    Source: www.sciencesetavenir.fr avec l'AFP


    Mardi 25/12/18 - Indonésie: le bilan du tsunami s'élève à 429 morts et près de 1 500 blessés

    La vague, provoquée par l'éruption du volcan Anak Krakatoa, a rasé plusieurs centaines de bâtiments sur les côtes méridionales de Sumatra, et l'extrémité occidentale de Java.

    Le bilan du tsunami qui a frappé l'Indonésie, samedi 22 décembre, continue de s'alourdir. La vague, survenue après l'éruption de l'Anak Krakatoa, volcan connu comme "l'enfant" du légendaire Krakatoa, a fait 429 morts, 1 485 blessés et 154 disparus, selon un dernier bilan de l'Agence nationale de gestion des catastrophes, communiqué mardi. Des milliers de personnes ont également été déplacées du fait de la catastrophe.

    D'après les experts, l'éruption modérée de l'Anak Krakatoa a provoqué un effondrement sous-marin d'une partie du volcan, et le déplacement de vastes quantités d'eau.

    La vague provoquée par le volcan a rasé plusieurs centaines de bâtiments sur les côtes méridionales de Sumatra, et l'extrémité occidentale de Java. Bon nombre de réfugiés ont trop peur pour rentrer chez eux. Les experts mettent en effet en garde contre le risque de nouvelles vagues mortelles dues à l'activité volcanique.

    Les risques d'une crise sanitaire

    Mardi, les secouristes s'efforçaient d'apporter de l'aide aux régions dévastées par le tsunami, mais le manque d'eau potable et de médicaments se fait cruellement sentir parmi les milliers de personnes réfugiées dans des centres d'urgence. Les travailleurs humanitaires mettent en garde contre les risques de crise sanitaire.

    "On a moins de médicaments que d'habitude. Les conditions ici ne sont pas saines, alerte le médecin. Il n'y a pas assez d'eau potable. Les gens ont besoin de nourriture et les gens dorment par terre."

    Abu Salim, volontaire de l'association Tagana, explique que les travailleurs humanitaires peinent à stabiliser la situation. "Aujourd'hui, on met l'accent sur l'aide aux réfugiés qui sont dans des centres, on installe des cuisines, on distribue des équipements logistiques et plus de tentes dans des endroits plus adéquats", déclare-t-il à l'AFP. "De nombreux réfugiés sont partis sur les hauteurs et nous ne sommes pas parvenus à les atteindre".

    Source: www.francetvinfo.fr avec l'AFP


    25/12/18 - Paléontologie: une surprenante perte de dents chez certains dinosaures

    Considérés comme carnivore, les Limusaurus se retrouvent pourtant édentés à l'âge adulte, comme le révèlent de nouveaux fossiles.

    Les Limusaurus inextricabilis sont de petits dinosaures théropodes de la famille des cératosaures qui vivaient il y a environ 150 millions d'années. Plusieurs fossiles de cette espèce ont été retrouvés dans le nord-ouest de la Chine. Cet échantillonnage comprend des individus aux âges variés, allant d'un jeune à peine éclos jusqu'à un animal d'une dizaine d'années. Ce panel a permis aux scientifiques d'observer leur évolution au fil de l'âge et de constater un élément inattendu : ces dinosaures ont des dents quand ils sont juvéniles mais ils les perdent au fur et à mesure de leur croissance.

    La particularité de ces dinosaures ? Des jeunes carnivores, des adultes se nourrissant de végétaux !

    C'est une première chez un reptile. Quelques poissons et amphibien ainsi que l'ornithorynque possèdent également cette particularité que les spécialistes appellent "édentulisme ontogénétique". Ce phénomène a d'ailleurs trompé les paléontologues qui ont découvert les premiers fossiles de Limusaurus : ils pensaient être face à deux espèces différentes, l'une munie de dents et l'autre d'une sorte de bec. Ce n'est qu'après analyse minutieuse qu'ils ont constaté que les fossiles étaient presque identiques, à l'exception de la présence ou non de dents.

    Cela signifie que les juvéniles devaient être des carnivores comme tous les théropodes mais qu'en grandissant les adultes devaient peu à peu adopter un régime à base de végétaux. Le détail des analyses des fossiles fait l'objet d'une publication dans la revue Current Biology. Les auteurs y soulignent que cette découverte a de l'importance pour comprendre comment le bec est apparu au cours de l'évolution. Cet appendice retrouvé chez les oiseaux actuels a équipé de nombreux dinosaures dont certains théropodes qui sont leur ancêtres directs.

    Source: www.sciencesetavenir.fr - Rédaction: Joël Ignasse


    Lundi 24/12/18 - Éruption de l'Etna en Sicile: séismes et colonne de cendres

    L'éruption, qui s'est produite sur le flanc de l'Etna, n'était pas jugée dangereuse dans l'immédiat par les vulcanologues.

    L'Etna est entré en éruption lundi en crachant une importante colonne de cendres, obligeant à fermer l'espace aérien aux alentours, tandis que la zone du volcan sicilien était secouée d'une multitude de petits séismes. "L'éruption s'est produite sur le flanc de l'Etna, c'est la première éruption latérale depuis plus de dix ans, mais elle n'a pas l'air dangereuse", a expliqué le vulcanologue Boris Behncke, de l'Institut national de géophysique et de vulcanologie (INGV).

    Beaucoup de cendres et peut-être de la lave

    En raison du manque de visibilité, une grande partie de l'espace aérien autour du volcan a été fermé. À l'aéroport de Catane, dans l'est de l'île italienne, seuls quatre arrivées par heure étaient autorisées lundi dans l'après-midi. Selon l'INGV, plus de 130 secousses sismiques ont été enregistrées dans la zone lundi matin, dont la plus forte a atteint une magnitude de 4,0 peu après 13h.

    Les secousses se sont accompagnées d'une augmentation de l'activité du volcan, qui a culminé avec la projection d'une énorme volute de cendres vers 12h. Dans l'après-midi, les secousses sismiques et la projection de cendres - probablement accompagnée de lave même si le manque de visibilité empêchait de le confirmer dans l'immédiat - ont cependant diminué, a précisé l'expert.

    L'Etna, qui culmine à 3.300 mètres, est le plus important volcan en activité en Europe, avec des éruptions fréquentes, connues depuis au moins 2.700 ans. Sa dernière phase éruptive remonte au printemps 2017 et la dernière grosse éruption à l'hiver 2008/2009. Fin mars, une étude publiée dans la revue Bulletin of Volcanology a révélé que l'Etna glissait très lentement vers la Méditerranée, à un rythme constant de 14 millimètres par an.

    Source: www.europe1.fr


    Lundi 24/12/18 - Un séisme de magnitude 6,4 frappe l'archipel des Tonga

    Ce tremblement de terre de magnitude 6,4 est survenu lundi et n'a fait aucun dégâts selon les premières informations recueillies sur place.

    Un séisme de magnitude 6,4 a été enregistré lundi dans le Pacifique au large du Royaume de Tonga, a annoncé l'Institut d'études géologiques des Etats-Unis (USGS), mais aucune alerte au tsunami n'a été lancée.

    A 85 kilomètres du littoral

    Le tremblement de terre est survenu à une profondeur de 100 kilomètres, avec un épicentre situé à 85 kilomètres au nord de la capitale, Nuku'alofa. Aucun dégât n'a pour le moment été rapporté. Il n'y a eu notamment aucun dégât dans la capitale, a indiqué Baea Filimoehala, réceptionniste à l'hôtel Emerald à Nuku'alofa, en précisant que la secousse avait été "petite".

    Pas de tsunami

    Le Centre d'alerte au tsunami dans le Pacifique (PTWC) a précisé qu'il n'y avait pas de risque de tsunami.

    Source: www.europe1.fr


    Dimanche 23/12/18 - Tsunami en Indonésie: au moins 222 morts, 28 disparus et 843 blessés

    Un tsunami apparemment causé par l'éruption d'un volcan insulaire a tué au moins 222 personnes autour du détroit de la Sonde, en Indonésie.

    Au moins 843 personnes ont été blessées, et 28 autres sont portées disparues.

    Un mur d'eau a causé des ravages sur une vingtaine de mètres à l'intérieur des terres, emportant des centaines de bâtiments, dont des hôtels.

    Le tsunami a frappé à 21h27 samedi soir.

    Des glissements de terrain sous-marins sont survenus près d'Anak Krakatoa, une île volcanique formée plusieurs années après l'éruption du fameux Krakatoa en 1883. Le volcan est entré en éruption en octobre.

    Le détroit de la Sonde sépare les îles de Java et de Sumatra et relie la mer de Java à l'océan Indien.

    Source: _www.985fm.ca avec l'AP


    Vendredi 21/12/18 - Un tremblement de terre de magnitude 5,9 frappe Rabaul, en Papouasie-Nouvelle-Guinée

    Un séisme de magnitude 5,9 a été enregistré vendredi au sud de la ville de Rabaul, en Nouvelle-Bretagne, île de Papouasie-Nouvelle-Guinée, a annoncé l'Institut américain d'études géologiques.

    Ce vendredi 21 décembre, un tremblement de terre de magnitude 6.2 a secoué les territoires se trouvant au sud de la ville de Rabaul, en Nouvelle-Bretagne, île de Papouasie-Nouvelle-Guinée, relate l'Institut américain d'études géologiques.

    L’épicentre se situe à 148 km au sud de l'île de Rabaul.

    Il n'y a pas eu d'alerte au tsunami ni de signalement immédiat de dégâts. L'USGS a ensuite révisé la magnitude du séisme à 5,9.

    Source: fr.sputniknews.com


    21/12/18 - Allemagne La dernière mine de charbon a été fermée

    L’Allemagne a adressé ce vendredi un adieu plein d’émotion à ses « gueules noires » et à la houille – une forme spécifique de charbon – tournant définitivement une page majeure de son histoire industrielle.

    Ce vendredi, la dernière mine de charbon d’Allemagne, basée dans la Ruhr a été fermée. Elle employait 1 500 personnes. À la fin de leur service, sept mineurs ont émergé une dernière fois de leur ascenseur avec un bloc « d’or noir », extrait à près de 1 000 mètres de profondeur.


    Devant de nombreuses caméras et un public considérable, ils l’ont symboliquement remis au président allemand Frank-Walter Steinmeier.

    Sans le charbon et ceux qui l’ont extrait de sous la terre, l’Histoire de ce pays aurait été différente
    « C’est plus qu’un bloc de charbon, c’est une partie de l’Histoire », a jugé Frank-Walter Steinmeier devant quelque 500 invités, dont le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, lors d’une cérémonie retransmise à la télévision.

    « Sans le charbon et ceux qui l’ont extrait de sous la terre, l’Histoire de ce pays aurait été différente », a ajouté le président allemand avant que la chorale charbonnière de la Ruhr n’entonne le Steigerlied, l’hymne des mineurs.

    « La houille a permis l’industrialisation de la région et la prospérité dans toute l’Allemagne », a jugé de son côté la chancelière Angela Merkel, citée par la porte-parole du gouvernement.

    Les galeries creusées pendant 150 ans, soit six générations de mineurs, à la pioche puis à la foreuse, doivent désormais être scellées et progressivement noyées par les eaux de ruissellement.

    Depuis onze ans déjà, les 1 500 salariés de la fosse de Prosper-Haniel se préparaient à cette fermeture annoncée, dans une Ruhr qui a compté jusqu’à 600 000 mineurs après la Seconde Guerre mondiale.

    Car les hauts fourneaux qui se dressaient sur les collines rhénanes depuis le XIXe siècle et ces mines descendant jusqu’à 1 500 mètres sous terre représentaient bien plus qu’un outil de travail.

    Une communauté solidaire
    « Au fond », il y avait une société ouvrière et masculine avec son jargon, son entraide, ses échanges sans détour et sa passion pour le foot, qui se prolongeait à l’église et au comptoir des « Kneipe » (bistrots).

    Mais derrière cette solidarité, il y avait aussi un labeur usant et risqué. Le coup de grisou dans une mine tchèque, qui a tué ce jeudi 13 mineurs, est venu à nouveau rappeler combien ce métier est dangereux. Mais l’adieu à la houille est toutefois loin de signifier l’abandon du charbon.

    Le gouvernement dévoilera début février les grandes lignes de son plan d’abandon progressif du charbon
    Près de 40 % du mix électrique allemand repose encore sur ce minerai, sous ses deux formes : la houille importée et plus encore son cousin très polluant et bon marché, le lignite.

    Le pays compte ainsi plusieurs immenses mines de lignite à ciel ouvert. Et les centrales au charbon venues d’Australie ou de Chine turbinent à plein régime, y compris dans la Ruhr.

    La première économie européenne est en effet lancée dans une transition énergétique périlleuse, et a besoin du charbon pour accompagner la sortie du nucléaire, tandis que la montée en puissance des renouvelables pose des problèmes de transport et de stockage.

    Le gouvernement dévoilera début février les grandes lignes de son plan d’abandon progressif du charbon, pour l’heure attendu à l’horizon 2050.

    Source: lavdn.lavoixdunord.fr


    21/12/18 - Paléontologie: la toute première fleur connue s'est ouverte il y a 174 millions d'années

    La toute première fleur serait apparue bien plus tôt que ne le laissait supposer les études jusqu'alors. Son épopée évolutive a changé la face de la Terre.

    Si les végétaux sont apparus très tôt dans l'histoire de la Terre, il y a au moins un milliard d'années existaient que des sortes d'algues. Les plantes à fleurs (ou angiospermes) ont pointé le bout de leurs pétales bien plus tard. Jusqu'il y a peu, l'une des plus anciennes plantes à fleurs identifiée était Montsechia vidalii : elle est apparue il y a environ 130 millions d'années. Et des analyses génétiques laissaient supposer que la première fleur datait de 140 millions d'années. Tout faux ! Nanjinganthus dendrostyla explose ce record avec un âge estimé à 174 millions d'années.

    Un abri pour les graines

    Cette fleur ancestrale a été découverte par une équipe de l'Académie chinoise des sciences de Nanjing qui a étudié plus de 250 fossiles de plantes insérés dans un affleurement de rochers dans la région de Nanjing qui est réputée pour ses fossiles de l'époque du Jurassique ancien. Grâce à des techniques de microscopie sophistiquées, les chercheurs ont pu "disséquer" certains de ces fossiles et ainsi confirmer que Nanjinganthus dendrostyla avait bien les caractéristiques d'une plante à fleurs pouvant former et abriter des graines.

    Le détail de la morphologie de ce premier angiosperme fait l'objet d'une publication dans la revue eLife. Et les chercheurs ont tenté d'en reconstituer l'aspect à partir des données, parcellaires, dont ils disposaient.

    Source illustrée: www.sciencesetavenir.fr - Rédaction: Joël Ignasse


    21/12/18 - Royaume-Uni. Des chercheurs ont découvert plus de 85 empreintes de dinosaures

    Des traces de dinosaures ont été découvertes dans la région de Hastings, au sud de l’Angleterre. D’après les chercheurs, elles ont été laissées il y a 100 à 145 millions d’années. Elles témoignent notamment de la présence d’iguanodons, d’ankylosaures et de stégosaures.

    Des chercheurs de l’université de Cambridge ont mis au jour plus de 85 empreintes de dinosaures dans la région de Hastings, au Royaume-Uni, rapporte BFMTV. Remarquablement conservées, elles laissent apparaître la texture de la peau, les écailles et les griffes.

    C’est une découverte exceptionnelle pour les scientifiques, qui travaillaient depuis quatre ans sur la côte sud du pays. Ils ont désormais la preuve que de nombreux dinosaures vivaient là il y a plus de 100 millions d’années.

    Une découverte majeure

    « Une telle collection d’empreintes aide à remplir certaines cases manquantes et à déduire quels dinosaures vivaient au même endroit au même moment », explique Anthony Shillito, doctorant du département des Sciences de la Terre de Cambridge et co-auteur de l’étude menée consécutivement à cette découverte. Les conclusions de ces travaux doivent paraître en janvier dans le journal Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, explique BFMTV.

    Le plus souvent les équipes de recherche ne trouvent que de petites pièces et non des fossiles complets. Cela ne dit pas grand-chose du mode de vie du dinosaure ajoute par ailleurs le scientifique.

    De deux à plus de soixante centimètres

    Les empreintes datent d’entre 100 et 145 millions d’années et ont été laissées par des ankylosaures, des stégosaures, des iguanodons et peut-être des sauropodes ou des théropodes. Magnifiquement conservées, elles sont de tailles diverses : certaines font à peine deux centimètres, d’autres plus de soixante. Elles témoignent de la coexistence de nombreux types d’animaux.

    Les traces sont apparues après les tempêtes et les brusques montées des eaux qu’a connues la région. Ces phénomènes ont provoqué des éboulements et des affaissements de roches et d’argile dans les falaises, laissant apparaître ces nombreuses marques. Les chercheurs de Cambridge pensent que d’autres empreintes sont encore présentes dans le grès du Sussex. Mais la construction de dispositifs anti-érosion sur les côtes ne permettra sans doute jamais leur mise au jour.

    Source: www.ouest-france.fr/sciences


    Jeudi 20/12/18 - le KamchatkaUn séisme de magnitude 7,3 frappe la péninsule russe du Kamtchatka, alerte au tsunami

    Un séisme de magnitude qui varie selon différentes données d’entre 7,3 et 7,5 a été enregistré jeudi 20 décembre à 17h01 UTC dans le Kamtchatka, cette péninsule volcanique dans l’Extrême-Orient de la Russie. Une alerte au tsunami a été émise.

    Un tremblement de terre de magnitude 7,3 a frappé l’est de la Russie ce jeudi, selon les informations communiquées par Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS). Pour sa part, l'Académie des sciences de Russie évoque la magnitude de 7,5.

    ​Le foyer du séisme a été localisé à 88 kilomètres au sud-ouest de la ville russe de Nikolskoïe à une profondeur de 33 km.

    Le Centre d'alerte aux tsunamis dans le Pacifique n'exclut pas la possibilité de tsunami à une distance de 300 km de l'épicentre du séisme.

    Dans un premier temps, l'USGS avait signalé que l'hypocentre avait été localisé à 33 km de profondeur. Toutefois, selon les dernières informations du ministère russe des Situations d'urgence, le foyer du séisme se trouvait à une profondeur de 80 km.

    Les secousses ont été ressenties dans les villes de Petropavlovsk-Kamtchatski, Ielizovo et Oust-Kamtchatsk, selon la presse locale.

    Pour l'instant, aucune information sur d'éventuelles victimes ou destructions n'est disponible, selon le ministère russe des Situations d'urgence.

    Source: fr.sputniknews.com


    20/12/18 - Vanuatu : des séismes provoquent la destruction de 5 maisons

    Depuis dimanche, l'île d'Ambrym est secouée par des centaines de répliques sismiques. A l'origine de ces tremblements de terre, l'activité du volcan et de deux cratères Marum et Benbow.

    L’éruption du volcan Ambrym sur l’île du même nom a provoqué un séisme de magnitude 5,3 voire 5,6 samedi dernier. Depuis, près de 500 secousses ont été enregistrées selon le département de météorologie et des géo- risques. Aucune victime n'est pour le moment à recenser mais de nombreux dégâts au niveau de l’environnement et des habitations ont été constatés. Au total, cinq maisons ont été entièrement détruites.

    "Ce sont des séismes liés à l'activité volcanique, ils sont donc superficiels (5 à 10 kilomètres de profondeur) mais peuvent produire beaucoup de dégâts et c'est ce qui s'est passé sur Ambrym. La partie Sud Est de l'île a été très touchée, notamment Pamal, et beaucoup de dégâts sont à déplorer surtout concernant les maisons."

    Source: la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie - Esline Garaetbiti, directrice par intérim du département de la météorologie et des géorisques du Vanuatu


    Lundi 17/12/18 - France: un nouveau séisme ressenti dans le nord-ouest de la Creuse

    Un séisme de magnitude 3,2 a été ressenti ce lundi matin un peu après 11 heures par de nombreux habitants du nord-ouest de la Creuse. L'épicentre était situé à la frontière entre l'Indre et la Creuse.

    Si vous habitez dans le secteur de La Souterraine, de Saint-Sébastien, ou encore de Grand Bourg, vous avez peut-être entendu un long grondement sourd, ce lundi matin, 17 décembre aux alentours de 11 heures. Il s'agit d'un séisme de magnitude 3,2 sur l'échelle de Richter, selon le site spécialisé RéNaSS qui recense les tremblements de terre. L'épicentre se trouvait nord de la Souterraine, entre l'Indre et la Creuse, à 10 kilomètres de profondeur.

    La secousse n'était pas assez puissante pour faire véritablement trembler les Creusois, néanmoins, de nombreux habitants du nord-ouest de la Creuse ont entendu ce long grondement. Ainsi, Delphine Delaide, directrice des services à la mairie de la Souterraine raconte avoir entendu "comme un bruit de camion qui m'a alerté car ça a duré plus longtemps que le passage d'un véhicule dans la rue".

    A Saint-Sébastien, certains habitants décrivent quant à eux un "grand boum", qui pouvait faire penser à un avion.

    Trois séismes en l'espace de quelques mois dans ce secteur

    Il s'agit de la troisième secousse cette année en Creuse. La première date du mois de mars. Elle avait été enregistrée dans le secteur de La Souterraine. La seconde date du 23 octobre dernier. La magnitude du tremblement de terre était autour de 3,2. L'épicentre se situait alors à 8 kilomètres sous la commune de Grand-Bourg, mais la secousse avait été ressentie jusqu'à 25 kilomètres à la ronde.

    D'après les spécialistes du bureau centrale sismologique français, sur les cinquante dernières années, la magnitude des plus forts séismes enregistrés autour de Guéret n'a pas dépassé 4 sur l'échelle de Richter.

    Source: www.francebleu.fr - Rédaction: Camille André, France Bleu Creuse


    17/12/18 - Mexique: la spectaculaire éruption du volcan Popocatépetl

    Au Mexique, le volcan Popocatépetl est entré en éruption. A 70 km de Mexico, ce géant de 5.426 mètres a craché un nuage de gaz, de cendres et de vapeur jusqu’à deux kilomètres de hauteur.

    Les images, filmées par des caméras qui le surveillent en permanence, sont impressionnantes. Samedi, un flash puis une colonne de cendres et de gaz s’élève au-dessus de la montagne. Si le spectacle est fascinant, la police conseille la prudence. « Pour votre sécurité respectez le rayon de restriction de 12 km », a écrit sur Twitter la sécurité civile mexicaine.

    En tout, le volcan a connu cinq explosions en peu de temps. Les autorités ont prévenu du risque de chutes potentiellement dangereuses de fragments incandescents ou de boues. Elles conseillent aux riverains d’éviter les activités de plein air et de se protéger les yeux, le nez et la bouche. La dernière éruption du Popocatépetl, en activité depuis plus de 10 ans, date du 9 décembre.

    Source + video: www.20minutes.fr/planete


    Mardi 11/12/18 - Un séisme de 7,1 près du Pôle sud, ce mardi matin

    Un séisme de magnitude 7,1 s'est produit dans l'océan Pacifique, au nord de l'Antarctique, a rapporté le centre américain de veille sismique (USGS). Selon le centre d'alerte du Pacifique, aucun tsunami n'est à craindre.

    Source: www.tdg.ch


    05/12/18 - Nouvelle-Calédonie: les habitants évacués après un puissant séisme, mais aucun dégât recensé

    Un puissant séisme de magnitude 7,5, suivi de multiples, répliques a frappé le large de l'archipel français de Nouvelle-Calédonie, ce mercredi, provoquant une alerte au tsunami et des évacuations sur une partie du littoral mais sans faire de dégâts ni de victimes. L’alerte a été levée à 18h30 (heure locale, 7h30 GMT) et aucun dégât, ni victime n’a été recensé, a indiqué la sécurité civile.

    D’après l’Institut d’études géologiques des États-Unis (USGC), le nouveau séisme de magnitude 6,6 est survenu à 17h43 (06H43 GMT), à près de 200 kilomètres de l’île de Maré, dans le sud-est de la Nouvelle-Calédonie. De premières estimations faisaient état d’un séisme de magnitude 7. Le Centre sismologique euro-méditerranéen (CSEM) l’évalue de son côté à 6,7.

    Mise en garde

    Il n’y avait pas pour l’heure d’informations sur les dégâts éventuels provoqués par le tremblement de terre de magnitude 7,5. Mais le Centre d’alerte au tsunami dans le Pacifique (PTWC) a mis en garde contre des vagues pouvant aller jusqu’à trois mètres. Éric Backès, le directeur de la sécurité civile du territoire français, a déclaré que des vagues mesurant entre 1,50 et 2 mètres avaient été observées sur l’Ile des Pins et à Maré, dans les îles Loyauté, ainsi que des « mouvements anormaux de la mer ».

    Les Néo-Calédoniens ont reçu des textos leur demandant de se mettre immédiatement à l’abri. Les autorités ont « déclenché les sirènes tsunami » sur l’ensemble du territoire, a expliqué la direction de la sécurité civile de l’archipel dans un communiqué. L’alerte a concerné le littoral de la côte est de l’archipel, l’Ile des Pins et les îles Loyauté. Leurs populations, pour la plupart averties par des sirènes, avaient été évacuées vers des zones éloignées du bord de mer ou dans des lieux situés en hauteur de relief.

    Le tremblement de terre enregistré à seulement 10 kilomètres de profondeur

    Les habitants ont été invités « à s’éloigner du cordon littoral, à essayer de trouver un point haut ou à rejoindre » des « zones refuge », a précisé Eric Backés, directeur de la sécurité civile, à la radio RRB. Les autorités du Vanuatu voisin ont pour leur part souligné n’avoir aucune information sur d’éventuels dégâts, malgré le fait que le tremblement de terre initial ait été mesuré à une profondeur de 10 kilomètres seulement.

    L’épicentre de la secousse, à laquelle ont succédé au moins 10 fortes répliques, était situé à environ 170 kilomètres au sud-est des Iles Loyauté, à l’est de la Nouvelle-Calédonie. Au Vanuatu voisin, certains habitants se sont réfugiés sur les hauteurs alors que des vagues de 72 centimètres de haut ont été enregistrées sur l’île de Tanna. Les répliques successives sont allées jusqu’à une magnitude 6,6, a précisé l’Institut d’études géologiques des États-Unis (USGC).

    Source: www.20minutes.fr


    09/12/18 - Martinique: la terre a tremblé en début de soirée, ce dimanche

    La terre a tremblé en Martinique, ce dimanche 9 décembre en début de soirée. Un épicentre localisé au large du François. Un séisme mineur de magnitude 3,8 a été enregistré, ce dimanche 9 décembre à 18 heures 25. L’épicentre localisé au large du François avait une profondeur de 10 kilomètres. Cette petite secousse n’a été ressentie que par une toute petite partie de la population.

    Source: Izland BipBip & zayactu.orgizlandbipbip.com - Rédaction: Izland BipBip & zayactu.org

     Tiré à part 

    Le "Journal Communautaire Interactif ©" est une création @picom  - e-mail : journal@j-c-i.com
    Informations légales
    Propositions
    d'articles ou d'anecdotes
       Géosciences
       Environnement
     
    Propositions de photos,
    schémas ou dessins
       Réception iconogaphie
     
    Boîte à lettres
    vos questions & nos réponses
       Courrier des lecteurs
     
    Nos coordonnées